Lot 151

1928 Bugatti Type 43 Roadster by Lavocat et Marsaud

France | Paris, France

{{internetCurrentBid}}

{{internetTimeLeft}}

Inquire

language
Chassis No.
43233
Engine No.
62
Documents
US Title
To be offered on Wednesday, 1 February 2023
  • Grand prix-derived engineering and supercharged eight-cylinder power
  • One of approximately 160 examples of the sporting Type 43 produced
  • Successfully raced in period; winner of the 1932 Paris-Nice rally
  • First owned by Delage factory Works racer Robert Senechal
  • Presently fitted with the Type 43 engine no. 62, previously installed in chassis 43251
  • Conception générale et moteur huit-cylindres suralimenté dérivés de voitures de Grand Prix
  • L'une des environ 160 Type 43 de sport produites
  • A couru avec succès en son temps ; victorieuse au rallye Paris-Nice de 1932
  • Initialement propriété du pilote de l'usine Delage Robert Sénéchal
  • Proposée équipée d'un moteur de Type 43, le n° 62 antérieurement monté sur le châssis 43251
Please note this lot has entered the EU on a temporary import bond, which must be cancelled either by exporting the lot outside of the EU on an approved Bill of Lading with supporting customs documentation or by paying the applicable VAT and import duties to have the lot remain in the EU.

Veuillez noter que ce lot a été introduit dans l'UE avec un cautionnement d'importation temporaire, qui devra être soldé par réexportation hors de l'UE avec un connaissement (bon de chargement) accompagné de ses documents douaniers, ou par paiement de la TVA et des droits de douane applicables s'il doit demeurer dans l'UE.

The Bugatti Type 35 is unquestionably among the greatest racing cars of all time, and the Type 43 is effectively its roadgoing counterpart. It is true that in creating the Type 43, which debuted in 1927, Bugatti needed to make some changes; the wheelbase is longer than that of the Type 35, for example. Yet the fundamentals remained—including the supercharged 2.3-litre overhead-cam inline-eight engine.

The Type 43 on offer, chassis 43233, was delivered in chassis form to Stand Auto Garage on the Champs-Élysées in Paris after being invoiced in September of 1928. One month later, the Bugatti received standard Grand Sport coachwork and was registered to its first owner, Robert Senechal. A Delage Works driver and former manufacturer of cyclecars, Mr. Senechal was exactly the type of esteemed character one would expect to purchase such a fine automobile in the period; in fact, according to a report on file from marque expert Pierre-Yves Laugier, he ordered six Type 43 chassis, apparently intending to become an agent for the marque.

He would soon put this chassis, then wearing temporary torpedo bodywork, to work; he achieved overall victory at the 1928 Rallye de Pau while entered in the lower 2-to-3-litre category, followed by a class win a few days later at the nearby Morlaas hillclimb. Soon after, respected Parisian coachbuilders Lavocat et Marsaud completed a two-seat roadster-style body for the chassis.

After the coachwork was fitted in January 1929, the campaign continued at the French Motorcycle Club Hill climb that same month, with a class win at the Gometz le Chatel hill climb coming that October. Not long after, the car was sold to an unknown buyer, but in 1932 chassis 43233 entered the ownership of Jean Trevoux. Several months later, he won the Paris-Nice Rally outright with his new purchase. A class win at the La Turbie hill climb soon followed.

Four additional Frenchman are reported to have taken ownership of the car before the war. Beginning in 1945, Jean Charbonneaux and his family would be owners for just over a decade. Charbonneaux owned a separate Type 43, chassis 43251 with engine number 62, and at some point during his ownership, the engines were swapped. It would be sold to François Claude Pruvot, an engineer, in 1955, before passing to a Parisian mechanic, Jacques Banao, in 1962.

By 1965 the Bugatti had landed on English shores, entering the collection of Peter Newens. After being purchased by Franck Wall in 1971, an extensive mechanical and cosmetic restoration occurred. A photograph from the period shows the Type 43 painted in a single shade of dark blue and wearing a plate numbered “FGW 27C”.

In October 1978, chassis 43233 sold at auction in London to the Seydoux Collection in Paris; after exactly 50 years, the Bugatti had returned to its original hometown. The vehicle would remain on the continent after being purchased by Oscar Davis at auction in 1996. Invoices and correspondence from the period show the Bugatti was maintained at a shop in the Netherlands in order to be used at a moment’s notice for a number of European rallies.

Davis eventually sold the car to a New Hampshire gentleman in 2002 but would eventually buy back this wonderful machine in 2007. A year prior to this purchase, the car received a FIA Historic Technical Passport.

Today, the Type 43 is finished in a deep shade of red with a black leather interior. A suite of Jaeger gauges reading water temperature, amperes, engine speed, road speed, and oil pressure complement the finely finished wood dashboard. The car has been maintained by Leydon Restorations of Lahaska, Pennsylvania throughout ownership of the consigning owner. Work has included the installation of a new wiring harness, a valve job, a full reseal of the engine including new water plates, and the fitment of a new radiator core by Chuck Niles at American Honeycomb.

With approximately just 160 examples of this model produced, this extraordinary Bugatti is both rare and desirable in equal measure.

La Bugatti Type 35 fait sans conteste partie des plus grandes voitures de course de tous les temps, et la Type 43 en est bien la version de tourisme correspondante. Certes, lors de la création de la Type 43, lancée en 1927, Bugatti a dû apporter des modifications ; par exemple, son empattement a été allongé par rapport à la Type 35. Mais les fondamentaux sont bien restés, à commencer par le huit-cylindres en ligne suralimenté de 2,3 litres à arbre à cames en tête.

La type 43 proposée, le châssis 43233, fut facturée en septembre 1928 et livrée sous forme de châssis nu au Stand Auto Garage, sur les Champs-Élysées. Un mois plus tard, elle reçut une carrosserie standard Grand Sport et fut immatriculée au nom de son premier propriétaire, Robert Sénéchal. Pilote d'essai de l'usine Delage et ancien fabricant de cyclecars, M. Sénéchal était exactement le type de personnage connu qu'on pouvait alors s'attendre à voir acheter une voiture aussi raffinée. En fait, selon un rapport émis par l'expert de la marque Pierre-Yves Laugier et qui se trouve au dossier, il avait commandé six châssis de Type 43, dans l'intention, semble-t-il, de devenir un agent de la marque.

Il ne tarda pas à mettre au travail son châssis, alors temporairement carrossé en torpédo. Il triompha au général lors du Rallye de Pau 1928, où il s'était engagé dans le bas de la catégorie des 2,0 à 3,0 litres, et il remporta quelques jours plus tard une victoire dans sa catégorie dans la course de côte voisine de Morlaas. Peu après, les carrossiers parisiens de renom Lavocat et Marsaud lui confectionnèrent une caisse à deux places de style roadster.

Une fois cette carrosserie montée, en janvier 1929, les engagements se poursuivirent, avec ce même mois la course de côte du Club motocycliste de France et avec une victoire dans sa catégorie lors de la course de côte de Gometz le Chatel, en octobre. Peu de temps après, la voiture fut vendue à un inconnu, mais en 1932, elle entra en la possession de Jean Trévoux, qui remporta quelques mois plus tard le rallye Paris-Nice au volant de sa nouvelle acquisition. Une victoire dans sa catégorie ne tarda pas à suivre, dans la course de côte de La Turbie.

On compte quatre autres Français parmi ses propriétaires d'avant la guerre. A partir de 1945, Jean Charbonneaux et sa famille vont en être les gardiens, pendant un peu plus de dix ans. Charbonneaux possédait une autre Type 43, le châssis 43251 équipé du moteur 62, et à un moment ou un autre, les deux voitures échangèrent leurs moteurs. La 43233 fut vendue en 1955 à François Claude Pruvot, un ingénieur, avant d'être cédée en 1962 à un mécanicien parisien, Jacques Banao.

Notre Bugatti se retrouva en 1965 en terre anglaise, où elle intégra la collection de Peter Newens. Puis lorsque Franck Wall l'acheta, en 1971, il entreprit de la restaurer en profondeur, tant sur le plan de la mécanique que sur celui de la carrosserie. Une photo de l'époque montre la Type 43 d'une seule couleur, bleu foncé, et porteuse de l'immatriculation FGW 27C.

En octobre 1978, elle fut vendue aux enchères à Londres et achetée pour la collection Seydoux, de Paris ; alors âgée de cinquante ans exactement, elle revenait sur sa terre natale. Elle est restée sur le continent après qu'Oscar Davis l'eut achetée aux enchères, en 1996. Des factures et du courrier de cette époque montrent qu'elle a été entretenue dans un atelier des Pays-Bas pour pouvoir à tout moment participer à nombre de rallyes européens.

Davis vendit sa voiture en 2002 à un gentleman du New Hampshire, mais il finit par lui racheter cette merveilleuse mécanique en 2007. Elle venait de recevoir un an auparavant son Passeport Technique Historique de la FIA.

La Type 43 est à ce jour de couleur rouge sombre avec un intérieur en cuir noir. Une série de cadrans Jaeger indiquant la température d'eau, les ampères, le régime moteur, la vitesse et la pression d'huile viennent enrichir son tableau de bord en bois délicatement travaillé. La voiture a été entretenue par Leydon Restorations, de Lahaska (Pennsylvanie), depuis que son actuel propriétaire la possède. Parmi les travaux effectués, on recense la pose d'un nouveau faisceau électrique, un remise en état des soupapes, une réfection de l'étanchéité du moteur, dont de nouvelles plaques de fermeture du circuit d'eau, et le montage d'un nouveau faisceau de radiateur, par les soins de Chuck Niles, d'American Honeycomb.

Produite à seulement quelque cent soixante exemplaires, cette extraordinaire Bugatti est tout aussi rare que séduisante.