Lot 117

2015 Ferrari F12tdf 'Pre-Series'

{{lr.item.text}}

€785,000 EUR | Sold

France | Paris, France

{{internetCurrentBid}}

{{internetTimeLeft}}


language
Chassis No.
ZFF81BHB000213366
Documents
Bill of Sale Only
  • A ‘Pre-Series’ example used for homologating the F12tdf
  • Finished in the striking colour scheme of Giallo Triplo Strato over a Nera Alcantara interior
  • Refurbished by Ferrari prior to being purchased directly from the factory in 2019
  • Features an impressive specification, including carbon fibre air intake, engine cover, fog lamps, headlights, rear diffuser, and sill covers
  • Exemplaire de 'Pré-Série' utilisé pour homologuer la F12tdf
  • Eclatant jaune Giallo Triplo Strato sur intérieur en Alcantara noir
  • Remise en état par Ferrari avant d'être vendue par l'usine en 2019
  • Définition impressionnante, dont une admission d'air, un cache supérieur de moteur, des feux de brouillard, des projecteurs, un diffuseur arrière et des revêtements de seuils en fibre de carbone
Please note this lot has entered the EU on a temporary import bond, which must be cancelled either by exporting the lot outside of the EU on an approved Bill of Lading with supporting customs documentation or by paying the applicable VAT and import duties to have the lot remain in the EU.

Veuillez noter que ce lot a été introduit dans l'UE avec un cautionnement d'importation temporaire, qui devra être soldé par réexportation hors de l'UE avec un connaissement (bon de chargement) accompagné de ses documents douaniers, ou par paiement de la TVA et des droits de douane applicables s'il doit demeurer dans l'UE.

Launched at the 2012 Geneva International Motor Show, the Ferrari F12berlinetta became the standard bearer for the front-engined, V-12 powered grand tourers that had—since the 1960s—played such a significant role in building the Maranello legend. The model’s most powerful expression, the fearsome F12tdf—named for its illustrious Tour de France-campaigning Ferrari forebear—arrived just three years later.

The F12tdf featured many improvements over the already technologically advanced F12berlinetta. Its 6.3-litre V-12 was further tuned to produce 780 PS, making it the most powerful roadgoing Ferrari to leave Maranello—with the notable exception of the LaFerrari.

The firm’s mid-engined flagship donated its carbon ceramic discs and one-piece callipers to help rein in the F12tdf’s immense power, a cause aided by a crash diet and extensive use of carbon fibre, which helped shave 110 kilograms from the berlinetta’s kerb weight. Shorter gear ratios made for quicker gear changes, while handling was augmented by four-wheel steering—a first for any Ferrari road car.

Visually, the F12tdf was more aggressive than the standard berlinetta, with wider sills and an “Aerobridge” that directs airflow along the sides of the car. And the styling wasn’t just for show: the redesigned wing and active rear diffuser contributed to a mammoth 87 per cent increase in downforce. Combined with its immense power and lightweight body, the F12tdf became one of the fastest road cars Maranello had ever produced, with a 0 to 100 km/h sprint time of just 2.9 seconds and a scintillating top speed of 340 km/h. Such is the level of engagement and driver involvement that Top Gear’s Chris Harris famously described the F12tdf as being “not so much a car as a Class A substance”.

As part of the development process, Ferrari produced chassis 213666, a “Pre-Series” example that was used by Maranello “for all important pre-production activities such as homologation tests”. Finished in striking Giallo Triplo Strato over a Nera Alcantara interior, this significant Ferrari was placed into storage following completion of the F12tdf project. There it remained until 2018, when the car was purchased by the current owner directly from the factory. Prior to leaving Maranello, Ferrari completely refurbished the car to bring it to production standards. Following the work, the car was exported from Italy and entered the current owner’s private collection. The odometer reads just 7,810 kilometres at the time of cataloguing.

Today, chassis 213666 presents a once-in-a-lifetime opportunity to acquire a “Pre-Series” example of a modern Maranello legend—a machine that played a vital role in the development of Ferrari’s flagship V-12 supercar.

Lancée au Salon de Genève 2012, la Ferrari F12berlinetta devint l'archétype des grandes routières à V12 avant qui avaient joué depuis les années 1960 un rôle de premier plan dans l'élaboration de la légende des voitures de Maranello. La version la plus puissante de ce modèle, l'impressionnante F12tdf, nommée en référence à ses illustres ancêtres les Ferrari du Tour de France, arriva tout juste trois ans après.

La F12tdf présentait de nombreuses améliorations par rapport à la F12berlinetta pourtant déjà technologiquement pointue. Son V12 de 6,3 litres avait été revu pour délivrer 780 ch, ce qui faisait d'elle la Ferrari de tourisme la plus puissante à sortir de Maranello – à l'exception bien sûr de la LaFerrari.

Cette vitrine de Ferrari, à moteur central, lui avait donné ses disques de freins en carbone-céramique et ses étriers monopièces, nécessaires pour maîtriser la débauche de puissance de la F12tdf, ce à quoi participaient aussi un sévère allègement et l'utilisation intensive de fibre de carbone ayant permis de gagner 110 kg sur le poids en ordre de marche de la berlinetta. Une boîte aux rapports raccourcis favorisait des changements de rapports plus rapides, et la tenue de route progressait grâce aux quatre roues directrices, une première pour une Ferrari de tourisme.

L'allure de la F12tdf était plus agressive que celle de la berlinetta standard du fait de ses seuils de porte plus larges et de son " Aerobridge" qui canalisait l'écoulement de l'air le long de ses flancs. Son dessin n'était pas qu'à visée esthétique : à l'arrière, son nouvel aileron et son diffuseur actif contribuaient à vigoureusement augmenter, de 87%, l'effort de placage. Cela, associé à sa puissance colossale et à sa légèreté, faisait de la F12tdf l'une des routières les plus rapides que Maranello ait jamais produites, avec un 0 à 100 km/h expédié en 2,9 secondes et une éblouissante vitesse de pointe de 340 km/h. La sollicitation exercée sur ses conducteurs était telle que Chris Harris, de Top Gear, avait décrit de façon remarquée la F12tdf comme étant "pas tant une voiture qu'une drogue de classe A".

Dans le cadre du développement de ce modèle, Ferrari avait construit ce châssis 213666, un exemplaire de "Pré-Série" utilisé par Maranello "pour tous les besoins de la préproduction tels que les essais d'homologation". D'un éclatant jaune Giallo Triplo Strato sur intérieur en Alcantara noir, cette Ferrari d'importance fut remisée aux archives une fois le projet F12tdf mené à bien. Elle y resta jusqu'en 2018, date à laquelle son actuel propriétaire l'acheta directement au constructeur. Avant de la laisser quitter Maranello, Ferrari la révisa complètement pour lui assurer le niveau de qualité de ses voitures de série. La voiture fut ensuite exportée hors d'Italie pour entrer dans la collection privée de son détenteur actuel. A la mise sous presse du catalogue, elle affiche seulement 7 810 km au compteur.

Ce châssis 213666 est une occasion comme on n'en voit qu'une fois dans sa vie d'acquérir un exemplaire de "Pré-Série" d'une légende récente de Maranello, un engin qui a joué un rôle primordial dans le développement de l'emblématique supercar V12 de Ferrari.