Lot 137

1967 Toyota 2000GT

Offered from The Degenève Collection

{{lr.item.text}}

€623,750 EUR | Sold

France | Paris, France

{{internetCurrentBid}}

{{internetTimeLeft}}


language
Chassis No.
MF10-10050
Documents
French Certificat d’Immatriculation
  • Part of The Degenève Collection
  • One of only 337 examples of Toyota’s iconic halo car built between 1967 and 1970
  • Equipped with a 2-litre twin-cam straight-six, five-speed transmission, and four-wheel disc brakes
  • Conceived to rival the Jaguar E-Type and Porsche 911
  • Fait partie de la Collection Degenève
  • Un des 337 exemplaires de cette Toyota légendaire, fabriquée entre 1967 et 1970
  • Équipée d'un 6-cylindres 2 litres double arbre, d'une boîte à cinq rapports et de quatre freins à disque
  • Conçue pour concurrencer la Jaguar Type E et la Porsche 911

Superlatives are all too often abused in the car world, but in the case of the Toyota 2000GT the praise is fully justified—and then some. The most significant, coveted, extraordinary, beautiful… All can surely be applied to such an astonishing machine. Small wonder that this masterpiece of high-performance chic forms the centrepiece of The Degenève Collection, a showcase curated by one of Europe’s longest-serving Toyota dealers.

A collaboration between Toyota and Yamaha, the 2000GT was unveiled at the 1965 Tokyo Motor Show before going on sale in May 1967. Conceived to demonstrate that Japan could rival the best Europe had to offer, Toyota had its sights firmly set on Jaguar and Porsche, while the 2000GT’s backbone chassis pays obvious homage to Lotus. Beneath the sleek bonnet, there was a 148 horsepower 1,988 cc twin-cam straight-six fed via triple Mikuni-Solex twin-choke carburettors. There were independent double-wishbone suspension and disc brakes all round, plus a five-speed transmission, limited-slip differential, and 220 km/h top speed. And then there was the styling. With such exotic lines, the 2000GT was the obvious transport for 007 in You Only Live Twice. But the centre-lock magnesium-alloy wheels, vast driving lights and Zagato-inspired roofline all shouted endurance prototype—so Toyota dutifully took its movie star racing, notable results including first and second in the inaugural Suzuka 1000 km.

In all, a mere 337 2000GTs were produced from 1967 to 1970 but, remarkably, this is the third to have belonged to the current owner. One of the arguably more attractive first-series cars (of which 233 were built), “MF10-10050” is a right-hand-drive domestic-market example that left the Yamaha factory on 26 July 1967. Finished in the original Pegasus White, the Toyota is said to have been restored before being imported from Japan in 2013. Since arriving in Europe, it has been a focal point in a Toyota showroom and made appearances at events including Epoqu’Auto in Lyon and Auto Rétro in Vetraz-Monthoux. The car’s recent history is told in a video produced by the Petrolicious website.

Dans le monde automobile, il est souvent fait un usage abusif des superlatifs mais, dans le cas de la Toyota 2000 GT, les éloges sont pleinement justifiés — et même plus. La plus significative, convoitée, extraordinaire, magnifique... Tous ces adjectifs peuvent s'appliquer à une machine aussi étonnante. Il n'est donc pas surprenant que ce chef-d'œuvre de chic et de performances constitue la pièce maîtresse de la collection Degenève, un ensemble constitué par un des distributeurs Toyota les plus anciens d'Europe.

Résultat d'une collaboration entre Toyota et Yamaha, la 2000 GT a été dévoilée au Salon de Tokyo de 1965 avant d'être commercialisée en mai 1967. Conçue pour démontrer que le Japon pouvait rivaliser avec les meilleures voitures européennes, la Toyota s'attaquait clairement à Jaguar et Porsche, alors que son châssis-poutre rendait un hommage évident à Lotus. Sous le capot se trouvait un 6-cylindres en ligne 1 988 cm3 de 148 ch, alimenté par trois carburateurs Mikuni-Solex double corps. La suspension indépendante était à doubles triangles sur les quatre roues qui recevaient aussi des freins à disque, la transmission étant confiée à une boîte à cinq rapports et un différentiel autobloquant. La vitesse de pointe atteignait 220 km/h.

Et il y avait la forme. Avec une ligne aussi exotique, la 2000 GT était un choix évident pour transporter James Bond dans On ne vit que deux fois. Mais les jantes en magnésium à serrage central, les gros phares profilés et la ligne de toit inspirée de Zagato, tout cela évoquait un prototype d'endurance — si bien que Toyota a engagé sa star en compétition, avec des résultats notables dont les deux premières places à l'édition inaugurale des 1000 Km de Suzuka.

Au total, seulement 337 exemplaires de 2000 GT ont vu le jour entre 1967 et 1970 mais, étonnamment, celle-ci est la troisième ayant appartenu à son propriétaire actuel. Avec son numéro de châssis MF10-10050, cette voiture à conduite à droite destinée au marché japonais est sortie des usines Toyota le 26 juillet 1967 et fait donc partie de la première série, indiscutablement la plus attrayante (produite à 233 exemplaires). Arborant sa couleur d'origine "Pegasus White", cette Toyota aurait été restaurée avant son importation en 2013 depuis le Japon. Depuis son arrivée en Europe, elle a constitué une des attractions d'un magasin d'exposition Toyota et a fait diverses apparitions lors d'évènements comme Époqu’Auto à Lyon ou Auto Rétro à Vétraz-Monthoux. L'histoire récente de cette voiture est évoquée dans une vidéo produite par le site internet Petrolicious.