language

Paris | Lot 236

1996 Ferrari F50

{{lr.item.text}}

{{x.text}}

€2,800,000 - €3,200,000 EUR

$3,200,000 - $3,650,000 USD

£2,400,000 - £2,750,000 GBP

France | Paris, France

2 February 2022


Buyer's Premium for this lot is:
  • 15% of the hammer price up to and including €200,000
  • 12.5% of the hammer price in excess of €200,000
Inquire Shipping Register to bid PETITJEAN LOTS
Identification No.
ZFFTA46B000105053
  • Just 12,722 km on its odometer at the time of cataloguing
  • The 140th F50 made of only 349 examples
  • Ferrari Classiche-certified in July 2019 and accompanied by its Red Book
  • Offered for sale with original Ferrari handbooks and manuals, tool kit, and F50-branded flight cases
§
Addendum: Please note, on further inspection of this lot’s paperwork, it was found that a TÜV certificate was issued in 2021 but a service was not performed. Buyers should refer to this car’s service book to review its workshop history.

Veuillez noter qu'un examen approfondi de la documentation accompagnant ce lot a révélé qu'un certificat avait été émis par le TÜV en 2021, mais qu'il n'y avait pas eu cette année-là d'entretien effectué. Les acheteurs doivent consulter le carnet d'entretien de cette voiture pour prendre connaissance de son historique d'entretien.

The Ferrari F50 was built to celebrate the Scuderia’s 50th anniversary and was designed from the ground up to give customers a driving experience so visceral and pure that it could rightly be described by Ferrari as “a Formula 1 car for the road”.

Indeed, the parallels that can be drawn between the F50 and contemporaneous Formula 1 cars are clear to see: a stripped-out carbon composite tub, carbon fibre bodywork formed in a shape dictated by the demands of the wind tunnel, double wishbone pushrod suspension forward and aft with inboard damping, and a powertrain that is arguably one of the most emotive to have ever been employed in a road-going supercar.

Worthy of its own place in automotive history, the Tipo F130B 4.7-litre, 65-degree naturally aspirated V-12 engine was a masterpiece and a direct descendant of the 3.5-litre V-12 that powered Alain Prost’s Ferrari 641 to five wins in the 1990 Formula 1 World Championship. Uniquely for a road car and similarly to the 641, it was bolted directly to the rear of the tub and employed as a fully stressed member of the chassis, with the rear suspension linkage bolted directly to the six-speed manual gearbox. This not only saved weight by removing the requirement for a rear subframe but also vastly improved torsional rigidity by unifying the engine and monocoque into a single entity. Furthermore, it allowed occupants of the F50 to experience sensations from the powertrain that a non-stressed layout could not hope to replicate, irrespective of whether the removable roof was in place or not.

If the visceral driving experience and accompanying aural symphony from the V-12 was not enough to convince prospective buyers of the F50’s potency, the bare numbers almost certainly were: 525 brake horsepower at 8,500 rpm, 202 mph top speed and a lap time at Fiorano almost three seconds faster than its benchmark older sibling, the F40.

Only 349 examples of the F50 were made, making it the rarest of the anniversary cars. This particular car is number 140 and it was delivered to its first owner via the official concessionaire Charles Pozzi of Paris on 24 June 1996. It presents beautifully it its original specification of Rosso Corsa paintwork with a Nero leather and alcantara interior, complemented by seat centres trimmed in “rosso”. It was Classiche certified in July 2019 and in addition to its Classiche Red Book, the car is accompanied by its removable hard top and flight case, leather wallet containing its owners manuals and service book, a German TÜV certificate dated May 2021, selected invoices from 1997 to 2016, and complete original tool kit.

The F50 has rightly taken its place as one of the most revered supercars ever built; an irresistible combination of rarity, performance and engineering pedigree; this magnificent example would make a fine addition to even the most discerning collection.

---

Seulement 12 722 km au compteur au moment de l'édition du catalogue

La 140ème F50 sur les 349 produites

Certifiée en juillet 2019 par Ferrari Classiche et munie de son Red Book

Proposée avec ses brochures et son livret de présentation Ferrari, son outillage de bord et ses flight cases siglées F50, tous d'origine

La Ferrari F50 fut créée pour célébrer le 50ème anniversaire de la Scuderia ; elle fut conçue de A à Z pour offrir à ses clients une expérience de conduite qui les prenne aux tripes, au point que Ferrari pouvait sans erreur la présenter comme "une Formule 1 faite pour la route".

Et de fait, les passerelles entre les Formule 1 du moment et la F50 apparaissaient clairement : une cellule en carbone composite, une carrosserie en fibre de carbone aux formes dictées par les exigences de la soufflerie, des suspensions avant et arrière à double triangle et basculeur intégrant l'amortisseur, et un ensemble moteur-boîte qui était sans doute l'un des plus époustouflants qu'on ait jamais vu sur une supercar de route.

Le Tipo F130B, son V12 atmosphérique à 65 degrés de 4,7 litres, était un chef d'œuvre qui méritait une place à part dans l'histoire de l'automobile ; il descendait en ligne directe du V12 de 3,5 litres qui avait rapporté en 1990 à la Ferrari 641 d'Alain Prost cinq victoires en Championnat du monde de Formule 1. De façon exceptionnelle pour une voiture de tourisme, et de même que sur la 641, ce moteur était vissé directement sur la partie arrière de la coque et servait d'organe porteur du châssis, tandis que les suspensions arrière s'arrimaient directement à la boîte manuelle à six rapports. Cette conception faisait non seulement gagner du poids en évitant un berceau arrière, mais elle améliorait aussi grandement la rigidité torsionnelle en solidarisant le moteur et la monocoque en une entité unique. Elle offrait de plus aux occupants de la F50 une perception du groupe moteur-boîte qu'une architecture non porteuse n'aurait pas pu proposer, et ce, que le toit amovible soit monté ou non.

Si la symphonie émise par le V12 et l'expérience de conduite prenant les acheteurs potentiels aux tripes ne suffisaient pas à convaincre ceux-ci de la puissance de la F50, les chiffres à eux seuls y seraient très certainement parvenus : 525 chevaux à 8 500 tr/min, 325 km/h en pointe et un temps au tour à Fiorano presque trois secondes meilleur que celui de sa référence, sa sœur aînée la F40.

Ferrari ne produisit que 349 exemplaires de la F50, ce qui fait d'elle la plus rare des voitures commémoratives. L'exemplaire proposé, qui porte le numéro 140, a été livré le 24 juin 1996 à son premier client par le concessionnaire parisien Charles Pozzi. Il est magnifique dans son harmonie d'origine, peinture rouge Rosso Corsa et intérieur en cuir et alcantara noir Nero que viennent agrémenter des médaillons de sièges garnis de "rosso". Cette voiture a par ailleurs été certifiée Classiche en juillet 2019 et plus de son Red Book Classiche, elle est munie de son hard-top et de ses flight cases amovibles, d'une pochette en cuir contenant sa notice d'utilisation et son carnet d'entretien, un certificat allemand TÜV de mai 2021, des factures de 1997 à 2016, et de son outillage de bord d'origine, au complet.

La F50 est à juste titre l'une des supercars les plus respectées jamais construites ; elle présente une alliance irrésistible de rareté, de performances et de pedigree technique. Ce magnifique exemplaire constituerait un apport de qualité à la plus exigeante des collections.

Suggested lots