Paris

2 February 2022
Lot 221

1995 Alfa Romeo 155 V6 TI "Jägermeister“

{{lr.item.text}}

Sold After Auction

France | Paris, France

{{internetCurrentBid}}

{{internetTimeLeft}}


Chassis No.
SE062 005
Engine No.
06/1
  • Entered in the 1995 and 1996 DTM and ITC Championships
  • Winner of both DTM races at Diepholz in 1995, driven by former Formula 1 entrant with Team Lotus, Michael Bartels
  • Recipient of expenditure totalling almost €170,000 in current ownership
  • Chassis completely rebuilt by marque specialist, Fabrizio Pandolfi, in 2017
  • Fitted with a rebuilt engine and gearbox—said to have only been used on the dynamometer since completion—by Lindlmaier Motortechnik and Scuderia GT respectively
  • Accompanied by two spare sets of wheels and accompanying computer maintenance equipment
language
§
Please note that this lot is sold on a Bill of Sale.

By the mid-1990s, the Deutsche Tourenwagen Meisterschaft and its concurrent international counterpart, the International Touring Car Series—commonly abbreviated to “DTM” and “ITC” respectively—had become the world’s pre-eminent touring car championships, boasting spectacular racing, state-of-the-art technology and manufacturer-backed multi-car teams from Alfa Romeo, Mercedes-Benz and Opel.

Originally constructed by Alfa Corse (née Autodelta), this stunning 155 V6 TI—chassis number “005”—was delivered to Milan-based Alfa satellite squad, Euroteam, ahead of the 1995 DTM/ITC season, in which it was to be driven by former Team Lotus entrant in Formula 1, Michael Bartels.

The campaign started encouragingly, with 6th place in the third DTM round at Avus and pole position in the inaugural ITC round in Helsinki underlining the new pairing’s competitiveness. The season’s high point was undoubtedly a remarkable weekend at Diepholz, in which Bartels took pole position and won both DTM races, although the remainder was blighted by poor reliability. Nevertheless, Bartels finished the year 10th in the DTM standings, significantly outscoring works Alfa Corse drivers—and fellow former Formula 1 adversaries—Alessandro Nannini and Giancarlo Fisichella, in the process.

For 1996, preparation of chassis number “005” was entrusted to J.A.S. Motorsport, with Bartels retained as its driver. However, the season proved to be a frustrating one; 4th place in Helsinki and two 8th places at Diepholz and Silverstone being the only notable results en route to a lowly 21st-placed finish in the newly combined DTM/ITC standings.

Following the conclusion of its contemporary career, “005” was acquired by Alpi Racing in 2003 before passing into the esteemed competition-focussed collection of Piergiorgio Furlanetto in 2011. In 2017, Sig. Furlanetto sold the car to the vendor, who entrusted it to marque specialists Fabrizio Pandolfi, Lindlmaier Motortechnik and Scuderia GT for chassis, engine and suspension rebuilds respectively, the cost of which totalled almost €170,000.

Now immaculately presented in its iconic 1996-specification Jägermeister livery, and boasting a rebuilt engine and gearbox said to have only been used on the dynamometer since completion, this spectacular Alfa Romeo could rekindle past glories once again, not least in the ever-popular DTM Revival and “Youngtimer” events for which it is ideally suited.

---

Participation aux Championnats DTM et ITC de 1995 et 1996

Victorieuse aux deux épreuves de Diepholz du DTM en 1995 aux mains de Michael Bartels, l'ancienne recrue de Lotus en Formule 1

Près de 170 000 € de frais engagés par son actuel propriétaire

Châssis complètement reconstruit en 2017 par un spécialiste de la marque, Fabrizio Pandolfi

Equipée d'un moteur et d'une boîte refaits par les soins respectivement de Lindlmaier Motortechnik et Scuderia GT, réputés n'avoir tourné qu'au banc depuis leur monte

Proposée avec deux jeux de roues de rechange et du matériel de réglage du calculateur

Au milieu des années 1990, le Deutsche Tourenwagen Meisterschaft et son homologue international, l'International Touring Car Series, usuellement désignés par DTM et ITC, étaient devenus les principaux championnats du Monde de tourisme ; ils proposaient des courses spectaculaires faisant appel au meilleur de la technologie du moment et à des équipes de plusieurs voitures supportées par les marques Alfa Romeo, Mercedes et Opel.

Cette époustouflante 155 V6 TI, châssis n° 005, construite par Alfa Corse (l'ex-Autodelta), fut livrée avant la saison DTM/ITC 1995 à Euroteam, l'entité satellite d'Alfa basée à Milan, pour être pilotée par Michael Bartels, l'ancienne recrue de Lotus en Formule 1.

La saison commença de façon encourageante, avec une 6ème place lors de la troisième épreuve du DTM à Avus et une pole position lors de la première épreuve de l'ITC à Helsinki, qui faisaient ressortir la compétitivité de cet équipage. Le point culminant de la saison eut lieu sans conteste lors du weekend de Diepholz, où Bartels prit la pole position et remporta les deux épreuves du DTM, mais les autres manches pâtirent d'un manque de fiabilité. Cela n'empêcha pas Bartels de terminer la saison 10ème dans le classement DTM, devançant de loin les pilotes d'usine d'Alfa Corse ainsi que ses adversaires de Formule 1, Alessandro Nannini et Giancarlo Fisichella.

Pour 1996, la préparation du châssis 005 fut confiée à J.A.S. Motorsport, qui retint Bartels comme pilote. Mais cette saison se révéla décevante ; une place de 4ème à Helsinki et une de 8ème à Diepholz et à Silverstone furent les seuls résultats dignes d'être retenus, et la saison se solda par une place de 21ème dans le nouveau classement combiné DTM/ITC.

Une fois cette carrière achevée, la 005 fut acquise en 2003 par Alpi Racing, puis elle rejoignit en 2011 la remarquable collection dédiée à la compétition qu'avait constituée Piergiorgio Furlanetto. Celui-ci la revendit en 2017 à son actuel propriétaire, qui en confia la restauration aux spécialistes de la marque Fabrizio Pandolfi, Lindlmaier Motortechnik et Scuderia GT, respectivement pour le châssis, le moteur et la suspension ; il y en eut au total pour près de 170 000 €.

Cette spectaculaire Alfa Romeo se présente désormais dans une robe immaculée, celle des Jägermeister de 1996, et elle est équipée d'un moteur et d'une boîte restaurés qui sont réputés n'avoir tourné qu'au banc depuis leur monte. Elle pourrait renouer avec sa gloire du passé, pour le moins lors des manifestations toujours appréciées que sont les DTM Revival et Youngtimer, pour lesquelles elle est idéalement taillée.