Lot 160

Paris 2017

1962 Maserati 3500 GT Spider by Vignale

{{lr.item.text}}

€750,000 - €850,000 EUR | Not Sold

France Flag | Paris, France

{{internetCurrentBid}}

{{internetTimeLeft}}


language
Chassis No.
AM101 1365
Engine No.
AM101 1365
Documents
Italian Libretto
  • Concours-quality restoration by marque specialists
  • One of just 242 Vignale-bodied 3500 GT/GTi Spyders built
  • Desirably outfitted with Borrani wire wheels and triple Weber carburettors
  • Restauration concours par un spécialiste de la marque
  • Seulement 242 Spyder 3500 GT/GTi Vignale produits
  • Équipée des désirables jantes à rayons Borrani et trois carburateurs Weber

220 hp, 3,485 cc DOHC six-cylinder engine with triple Weber 42 DCOE carburettors, ZF five-speed manual gearbox, independent front suspension with coil springs, double wishbones, and an anti-roll bar; rigid rear axle with radius arms and semi-elliptical leaf springs; and hydraulic front disc and rear drum brakes. Wheelbase: 2,540 mm

Six-cylindres en ligne, 3 495 cm3, 2 ACT, 220 ch, trois carburateurs Weber 42 DCOE, transmission manuelle ZF cinq rapports, suspension avant indépendante par ressorts hélicoïdaux, doubles triangles et barre antiroulis, essieu arrière rigide avec ressorts à lames et jambes de force, freins à disques avant et tambours arrière, commande hydraulique. Empattement 2 540 mm.

Addendum: Please note that contrary to the printed catalogue description, this car is not currently finished in its original shade of Argento Luna.

Veuillez noter que, contrairement à ce qui est indiqué dans le catalogue papier, la peinture de cette voiture ne correspond pas à sa teinte d'origine "Argento Luna".

Unveiled for the first time at the 1957 Geneva Auto Show, Maserati’s 3500 GT held the fate of the company in its hands. The chassis and suspension were much like its predecessor, the AG6/54, as they were composed of large-diameter steel tubes with sheet steel stiffeners. Fitted with a detuned, twin-cam inline six-cylinder sourced from the 350S, the iteration fitted to the 3500 GT was tuned to offer more civilized road manners. Featuring twin spark-plug ignition and triple Weber carburettors, the engine produced 220 horsepower. With a ZF-sourced gearbox, Girling disc brakes, and a rear axle from Salisbury, the 3500 GT boasted an impressive specification as well as an equally impressive top speed of 137 mph.

Coupe bodies were built by Touring, while the cabriolet bodywork was constructed by Vignale, riding on a chassis two inches shorter than the coupe. The Vignale Spyders proved to be the most desirable and rarest models, with only 242 Spyders built compared to 2,000 coupes. A fine array of chrome bezzelled Veglia/Jaeger instruments and a delicate Nardi thin-rimmed black bakelite steering wheel and period radio complete handsome and very well-appointed interior.

Presented here in excellent condition, chassis number AM101 1365 has been fully restored with no expense spared by a marque specialist in Southern California, with the work being completed in 2014. Having spent most of its life in the United States and California in particular, the restoration started with an excellent original and rust-free example. The bodywork was refinished in light blue over dark blue leather upholstery with light grey carpeting and a new black soft top.

The fuel system was updated to triple Weber 42 DCOE carburettors, which were indeed fitted to the 1957–1960 3500 GTs, by a previous owner. This was a relatively common change, which occurred even in the Sebrings and Mistrals, as the carburettors offered similar performance without the maintenance hassle of the Lucas fuel-injection equipment. Following the completion of its restoration, the car was purchased by its current Italian owner.

The Maserati still remains in splendid condition throughout. It is an extremely valid alternative to a Ferrari 250 PF Cabriolet or an Aston Martin DB5 Convertible and would be a gorgeous addition to any collection. Simply stated, this is stylish Italian open-top motoring at its most glamorous.

Dévoilée au Salon de Genève 1957, la Maserati 3500 GT avait entre les mains l'avenir du constructeur. Le châssis et la suspension étaient assez proches de ceux de sa devancière, l'A6G/54, avec des tubes d'assez gros diamètre et des renforts en tôle d'acier. Elle était équipée d'un six-cylindres en ligne double arbre dérivé de la 350 S, dont les réglages sur la 3500 GT le rendaient plus apte à une utilisation routière. Doté d'un double allumage et de trois carburateurs Weber, ce moteur développait 220 ch. Avec une boîte de vitesses ZF, des freins Girling et un pont arrière Salisbury, la 3500 GT montrait des spécifications impressionnantes, ainsi qu'une vitesse de pointe particulièrement élevée de 220 km/h.

Les versions coupés étaient produites par Touring, alors que le cabriolet était réalisé par Vignale, sur un châssis de 5 cm plus court que le coupé. Les Spyder Vignale se sont révélés faire partie des modèles les plus désirables et les plus rares, avec une production de 242 exemplaires seulement, par rapport à quelque 2 000 coupés. Un élégant ensemble d'instruments Veglia/Jaeger à entourage chromé, un beau volant Nardi en bakélite à jante fine et une radio d'époque complètent un habitacle de belle facture et très bien équipé.

En excellent état, cette voiture (châssis n° AM101 1365) a été complètement restaurée sans considération de coût, par un spécialiste de la marque basé dans le sud de la Californie et qui a terminé les travaux en 2014. Ayant passé le plus clair de son existence aux États-Unis et en Californie en particulier, elle était dénuée de rouille quand la restauration a commencé. La carrosserie a été peinte dans bleu, avec une sellerie bleu foncé, des moquettes grises et une capote noire.

Le système d'alimentation a été modifié par un propriétaire précédent et comporte trois carburateurs Weber 42 DCOE, ceux-là même qui équipaient les 3500 GT de 1957 à 1960. Il s'agissait d'un remplacement relativement fréquent, qui était effectué même sur les Sebring et Mistral, car les carburateurs offraient les mêmes performances que l'injection Lucas, sans en subir les problèmes d'entretien. A la suite de sa restauration, cette voiture a été achetée par l'actuel propriétaire italien.

Cette Maserati se présente en superbe état à tous points de vue. Elle constitue une alternative parfaitement valable à une Ferrari 250 GT cabriolet PF, ou une Aston Martin DB5 Convertible, et constituerait un ajout magnifique à toute collection. En un mot, elle symbolise l'automobile italienne découvrable dans toute son élégance et tout son prestige.