Lot Number
125
language

1977 Lamborghini Countach LP400 'Periscopio'

€1,130,000 - €1,450,000

RM | Sotheby's - PARIS 4 FEBRUARY 2015


Chassis No.
Engine No.
1120260
1120260
  • The most desirable Countach; one of 150 Periscopio cars produced
  • Four owners and 57,843 kilometres (less than 35,000 miles) from new
  • An original factory RHD example, delivered new to Australia
  • The most desirable Countach; one of 150 Periscopio cars produced
  • Four owners and 57,843 kilometres (less than 35,000 miles) from new
  • An original factory RHD example, delivered new to Australia

375 bhp, 3,929 cc DOHC 60-degree V-12 engine with six Weber twin-choke 45 DCOE carburettors, five-speed manual transmission, front and rear independent suspension coil springs with telescopic shock absorbers, and four-wheel ventilated disc brakes. Wheelbase: 2,450 mm.

375 bhp, 3,929 cc DOHC 60-degree V-12 engine with six Weber twin-choke 45 DCOE carburettors, five-speed manual transmission, front and rear independent suspension coil springs with telescopic shock absorbers, and four-wheel ventilated disc brakes. Wheelbase: 2,450 mm.

To many enthusiasts and automakers, concept cars are considered a tease and nothing more. Meant to stimulate the public and show vehicles that “could be” rather than “will be” in the future, they are intended to provide a study in the evolution of a given brand’s design language. Far too often, concepts with radical, show-stopping designs do not make their way to production, as they were often halted by the bean-counters in fear that the costs will be far too great. Certain styling cues might see the light of day further down the road, but seldom does an entire automobile make its way from concept to production largely intact. This is not so with the Lamborghini Countach.

The design language on the prototype Countach LP500 was designed to shock and awe the motoring press and public alike at the 1971 Geneva Motor Show. “Breath-taking” just barely described Marcello Gandini’s design for Bertone, and it was nothing short of spectacular. Angular, low slung, and aggressive, the Countach was the antithesis of the curvaceous automobiles designed in the 1960s. When the production version arrived three years after at the 1974 Geneva Auto Show, the car was clearly more refined and ready for road use. Production was slow at first, with only 23 examples being produced that first year, but Lamborghini slowly began to hit its stride in later years, with many more leaving the factory gates as the car’s life went on.

Whilst the styling of the LP400 remained largely unchanged from the original concept, numerous changes were made under the skin to the chassis and drivetrain. The tube-frame chassis was completely redesigned to provide greater strength, and the cooling system saw a similar level of revision, as it now utilized vertically mounted radiators which funnelled air through a pair of scoops and NACA ducts.

Meanwhile, the engine was reduced in size to a more reliable 4.0-litre unit with a smaller bore and stroke than the original 5-litre V-12. Topped with six weber carburettors, the Countach produced 375 horsepower at 8,000 rpm. Thanks to a total weight of 1,065 kilograms and its incredibly slick aerodynamic silhouette, the car was capable of a top speed a hair under 290 km/h, and it was thought that it could soldier on to crack 300 km/h in ideal conditions.

According to the factory records, chassis 1120260 was completed on 2 June 1977 and finished in Rosso with a Tobacco interior. The car currently has a Nero interior, which is understood to be original and how the car was delivered new.

This Periscopio was ordered through Australian importer Tony de Fina, who organised for the first owners to collect it directly from the Lamborghini factory in Sant’Agata Bolognese. It has a rich and fascinating history file, with documentation dating back to November 1976, when the original owners of the car got wind of the imminent release of the LP400S and wanted to cancel their order for the LP400! This did not happen, and the owners collected their new car on 2 June 1977, immediately got behind the wheel, and proceeded to go on a grand tour of Europe. Two weeks later, the car returned to the factory for a routine service with 3,449 kilometres on the odometer! Its first owners continued to enjoy the car in Europe and the UK for several months, and after a service in June 1978 in the UK, with 16,276 kilometres showing on its odometer, the car was shipped to Australia, where it would call home for the next 36 years.

Shortly after returning to Australia, the car was converted to LP400S specification by the local New South Wales Lamborghini distributor by flaring the wheel arches and fitting LP400S Bravo style wheels, a front spoiler, and a rear wing. The car’s current and fourth owner purchased the car in September 2005 and immediately commissioned the car to be returned to its original LP400 guise, save for the upgraded rear suspension.

The car was repainted in its correct shade of Rosso, whilst the engine was rebuilt almost two decades ago. However, the car remains in remarkably original condition, retaining what is understood to be its original interior. Today, the car presents and drives magnificently, and it would be one of the finest surviving examples of the early Countach. The car is not a trailer queen and has been driven and enjoyed on the road throughout the last 10 years, although its condition would suggest otherwise. Attesting to the car’s quality and condition, it was invited to be part of the Lamborghini 50th Anniversary display at Motorclassica in Melbourne in October 2013, where it was an award winner. The car is accompanied by its tool roll and an extensive history file, including its owner’s manual, original warranty card, and delivery documents, which only add to the provenance of this extraordinary Countach.

The LP400 Periscopio, undoubtedly the most collectible model of the entire Countach family, was a legend in its own time when it was introduced, and it remains amongst the most historically important supercars ever built. It proved that Lamborghini was not just a one-hit wonder after the Miura, and it could continue to evolve and compete alongside more established sports car manufacturers, like Porsche and Ferrari, establishing the company’s place in the market for years to come. Perhaps Ray Hutton of Autocar magazine summed up the brutish charm of the Countach most accurately in his article on the car in 1974: “The people who live in the outskirts of Modena are used to seeing exotic cars ‘on test’. But this one still makes them stop in their tracks, smile, and wave in encouragement".

Boasting known ownership history from new, as well as the provenance of being one of only a handful of right-hand-drive LP400 Periscopio cars ever built, this is a Countach to be treasured.

Moteur V-12 à 60 degrés de 3 929 cm3 à 2 ACT par banc, 375 ch, six carburateurs double corps 45 DCOE, boîte de vitesses manuelle à cinq rapports, suspensions avant et arrière indépendantes, ressorts hélicoïdaux et amortisseurs télescopiques, quatre freins à disque ventilé. Empattement: 2 450 mm

• La plus désirable des Countach, une des 150 Periscopio produites

• Quatre propriétaires et 57 843 km au total

• Un exemplaire à volant à droite d’origine, vendu neuf en Australie

Aux yeux de nombreux passionnés et de constructeurs, les concept cars sont considérés tout au plus comme des stimulants. Destinés à attirer le public et à montrer des véhicules qui « pourraient exister » plus que des modèles futurs, ils sont conçus pour figer une étude au cours de l’évolution du vocabulaire du style d’une marque donnée. Bien trop souvent, les concepts dotés d’un style radical et sidérant ne parviennent pas au stade de la production du fait de l’intervention des contrôleurs de gestion effrayés par une possible augmentation excessive des prix de revient. Quelques détails de style peuvent se retrouver sur la route un jour, mais il est rare qu’une voiture complète passe du concept à la production en grande série sans de profondes modifications. Tel ne fut pas le cas de la Lamborghini Countach.

Le vocabulaire stylistique de la Countach LP500 prototype avait pour but de choquer et de fasciner la presse automobile comme le public du salon de Genève 1971. « À couper le souffle » suffit à décrire le dessin de Marcello Gandini pour Bertone et il avait tout pour étonner. Anguleuse, plus que basse et agressive, la Countach était l’antithèse des voitures tout en courbes conçues dans les années 1960. Lorsque la version de production apparut trois ans après, au salon de Genève 1974, la voiture avait été visiblement raffinée et adaptée à la route. La production fut lente au début avec 23 exemplaires seulement la première année, mais Lamborghini monta doucement en cadence et de plus en plus de voitures quittèrent l’usine au fil des années de vie de la voiture.

Si le style de la LP400 demeura très proche de celui du concept original, de nombreux changements furent introduits sur le châssis et la transmission. Le châssis en treillis tubulaire fut totalement redessiné en faveur d’une plus grande robustesse et le système de refroidissement fut également revu avec adoption de radiateurs verticaux qui canalisaient l’air à travers une paire d’écopes et des prises NACA.

Parallèlement, le moteur fut réduit à un groupe plus fiable de 4 litres par diminution de l’alésage et de la course par rapport au V-12 de 5 litres original. Coiffé par six carburateurs Weber, le moteur Countach délivrait 375 ch à 8 000 tr/min. Grâce à un poids total de 1 065 kg et à une silhouette aérodynamique bien lisse, la voiture pouvait atteindre une vitesse à peine inférieure à 290 km/h tout en laissant penser qu’elle pouvait dépasser 300 km/h dans des conditions favorables.

Selon les archives de l’usine, chassis 1120260 proposée fut achevée le 2 juin 1977, peinte en Rosso (rouge) avec intérieur tabac. La voiture a maintenant un intérieur Nero (noir) qui serait d’origine et tel qu’il habillait la voiture livrée neuve.

Cette Periscopio fut commandée via l’importateur australien Tony de Fina qui fit en sorte que les premiers propriétaires eussent la possibilité d’en prendre livraison à l’usine Lamborghini de Sant’Agata Bolognese. Elle est complétée d’un riche et fascinant dossier historique comprenant une documentation qui remonte à novembre 1976 lorsque les premiers propriétaires de la voiture apprenant la sortie imminente du modèle LP400 S voulurent annuler leur ordre concernant la LP400 ! Ce ne fut pas possible et les propriétaires prirent livraison de la voiture neuve le 2 juin 1977 et, aussitôt au volant, entreprirent une grande tournée européenne. Deux semaines plus tard, la voiture revint à l’usine pour un entretien de routine avec 3 449 km au compteur. Ses premiers propriétaires continuèrent d’en profiter en Europe et au Royaume-Uni pendant quelques mois et, après un entretien en juin 1978 au Royaume-Uni à 16 276 km/h, la voiture fut embarquée pour l’Australie où elle allait passer 36 ans.

Peu après son arrivée en Australie, la voiture fut portée aux spécifications LP400 S par le distributeur local Lamborghini des Nouvelles Galles du Sud qui élargit les ailes et monta les roues style Bravo de la LP400 S, un spoiler frontal et un aileron arrière. Le propriétaire actuel, le quatrième, acheta la voiture en septembre 2005 et demanda immédiatement qu’elle fût remise dans sa configuration originale LP400, exception faite des suspensions arrières améliorées.

La voiture fut repeinte dans la teinte Rosso originale, tandis que le moteur avait été refait il y avait près de vingt ans. Mais elle est restée dans un état d’origine remarquable en conservant ce qui est vu comme son intérieur d’origine. Actuellement, la voiture qui se présente et fonctionne excellemment serait une des plus belles Countach de la première série. Elle ne connaît pas les remorques porte-voiture et elle a été appréciée sur les routes au cours des dix dernières années, ce que son état exceptionnel ne permet pas de deviner. Preuve de la qualité et de l’état de la voiture, elle a été invitée à participer à l’exposition du 50e anniversaire de Lamborghini au Motorclassica de Melbourne en octobre 2013 où elle reçut un prix. Elle est accompagnée de sa trousse d’outillage et d’un copieux dossier historique avec le manuel de l’utilisateur, la carte de garantie originale et les documents de livraison qui ne font qu’ajouter à l’excellente provenance de cette extraordinaire Countach.

Sans aucun doute, le modèle le plus collectionnable de toute la famille Countach, la LP400 Periscopio fut une légende au temps de son introduction et elle demeure parmi les supercars historiquement les plus importantes jamais produites. Elle démontra que Lamborghini ne fut pas seulement l’auteur d’un fabuleux coup unique avec la Miura, mais qu’il allait poursuivre son évolution et concurrencer des constructeurs de voitures de sport plus chevronnés comme Porsche ou Ferrari, en s’imposant sur le marché au fil des années à venir. Ray Hutton du magazine Autocar a peut-être résumé le plus exactement possible le charme brut de la Countach dans un article de 1974 : « Les gens qui habitent aux alentours de Modène sont habitués à voir d’étranges voitures en essai. Mais celle-ci les cloue encore sur place et déclenche sourires et saluts d’encouragement » .

Bénéficiant d’une histoire continue depuis sa sortie d’usine comme de l’avantage de faire partie de la poignée de LP400 Periscopio à conduite à droite, c’est à coup sûr une Countach à conserver précieusement.



Suggested lots

29 August - 1 September 2019

Auburn Fall

Auburn Auction Park, Auburn, Indiana

RM | AUCTIONS

20 - 21 September 2019

The Sáragga Collection

Monteira, Portugal

RM | SOTHEBY'S