Lot 112

Paris 2024

2004 Renault Clio V6 255

{{lr.item.text}}

€80,500 EUR | Sold

France Flag | Paris, France

{{internetCurrentBid}}

{{internetTimeLeft}}


language
Chassis No.
VF1C61U0632349293
Documents
French Certificat d’Immatriculation
  • Number "1034" of only 1,309 examples of the mid-engined Renault Clio V6 255
  • Equipped with a 255 brake-horsepower 2,946 cc 24-valve V-6 driving the rear wheels
  • Beautifully presented in Noir Nacre Doré with leather cockpit trim
  • Odometer reads just 28,223 kilometres
  • Numéro 1 034 sur les 1 309 exemplaires de la Clio V6 255 à moteur central
  • Équipée d'un V6 de 2 946 cm3 24 soupapes développant 255 ch et entraînant les roues arrière
  • Magnifique finition Noir Doré Nacré avec sellerie cuir
  • Compteur n'affichant que 28 223 km

When Renault unveiled the R5 Alpine in 1976, few could have realised the significance of the moment. But within a few years, the hot-hatch craze had taken hold and the firm became a key player in the genre. Loosely related to that original Alpine was the R5 Turbo—a mid-engined Group 4 special that doubled as an epic road car. Two decades later, when looking to create a top-of-the-range performance Clio, the Turbo was Renault’s inspiration.

Developed by Tom Walkinshaw Racing, the Clio abandoned practicality and a back seat in favour of mid-engined thrills—the engine in question being a 2,946 cc 24-valve V-6. In 2003, the much improved 255 brake-horsepower ‘Phase II’ was released, with production shifting from TWR to Renault Sport in Dieppe. Billed as the world’s most powerful hot hatch, the Clio was insane, yet somehow made perfect sense.

Number "1034" of only 1,309 built, the car offered was despatched from the factory on 13 September 2004 and registered a few days later in eastern France. In 2007, the Clio passed to its second owner, a Renault dealer, who used it sparingly for over a decade. After a brief spell in Cognac, in 2020 the car was acquired by the vendor from Ferrari dealer Charles Pozzi. Finished in Noir Nacre Doré, this wonderful mid-engined Renault displayed just 28,223 kilometres at the time of cataloguing. A detailed history file contains numerous invoices, the original delivery note, and factory build data.

Quand Renault a dévoilé en 1976 la R5 Alpine, personne ne s'est rendu compte de l'importance de l'évènement. Mais en quelques années, la frénésie "GTI" s'est emparée du marché et le constructeur français en est devenu un des principaux acteurs. Cousine lointaine de la R5 Alpine, la R5 Turbo était une spéciale d'homologation pour le Groupe 4, qui faisait des merveilles sur la route. Vingt ans plus tard, en cherchant à créer une Clio très sportive, Renault s'est inspiré de cette même R5 Turbo.

Mise au point par Tom Walkinshaw Racing, la Clio laissait de côté tout aspect pratique en abandonnant sa banquette arrière au profit des frissons procurés par un moteur central — en l'occurrence un V6 de 2 946 cm3 24 soupapes. En 2003, la "Phase II" à moteur 255 ch était dévoilée et la production passait de TWR à Renault Sport, à Dieppe. Présentée comme la plus puissante de sa catégorie, la Clio affichait des performances ahurissantes, mais qui répondaient à une parfaite logique.

Portant le numéro 1 034 sur les 1 309 exemplaires produits, la voiture proposée a quitté l'usine le 13 septembre 2004 et a été immatriculée neuve quelques jours plus tard dans l'est de la France. En 2007, elle a été achetée par son deuxième propriétaire, un agent Renault qui l'a utilisée plus de 10 ans avec parcimonie. Après un bref passage à Cognac, la voiture a été achetée en 2020 par le vendeur du concessionnaire Ferrari Charles Pozzi. Avec une finition Noir Doré Nacré, cette extraordinaire Renault à moteur central n'affichait que 28 223 km à l'heure de rédiger ce catalogue. Un dossier historique détaillé contient de nombreuses factures, le bon de livraison d'origine et des données de fabrication d'usine.