Lot 145

Paris 2024

1991 Porsche 962 C

{{lr.item.text}}

€1,200,000 - €1,500,000 EUR | Not Sold

France Flag | Paris, France

{{internetCurrentBid}}

{{internetTimeLeft}}


language
Chassis No.
962-177
Engine No.
403
Gearbox No.
956 01 078
Documents
Bill of Sale Only
  • The final Porsche-built 962 monocoque chassis
  • Raced in period by Brun Motorsport
  • Finished 10th overall at the 1991 24 Hours of Le Mans
  • Fully rebuilt in 1994 by Joest Motorsport
  • Finished in its iconic period-correct FATurbo Express livery
  • Tout dernier châssis Porsche 962 construit
  • Engagée en compétition à l'époque par Brun Motorsport
  • Dixième au classement général des 24 Heures du Mans 1991
  • Entièrement reconstruite en 1994 par Joest Motorsport
  • Légendaire livrée d'époque FATurbo Express

Few cars define their era in the same way as the legendary Porsche 956 and 962 sports-prototypes. They formed the mainstay of top-level sports car racing throughout the 1980s, winning the 24 Hours of Le Mans six years in a row and dominating the World Endurance Championship between 1982 and 1986.

The 956 was introduced first, in 1982, and found immediate success in Group C racing, but it wasn’t eligible for the high-profile North American IMSA series because it failed to comply with the safety regulations. Porsche therefore developed the 962—in effect, a 956 with an extended wheelbase in order to place the driver’s feet behind the front-axle line.

The 962 made its debut at the 24 Hours of Daytona in February 1984 in the hands of Italian-American hero Mario Andretti and his son Michael. It would go on to win the IMSA GTP Championship three years in a row from 1985 and, following an extensive programme of aerodynamic development, was adapted for Group C racing as the 962 C.

While the Porsche factory team scored numerous wins with its own cars, it was backed up by a select group of highly professional privateer teams. Among the most successful of those was Brun Motorsport, which had been founded in 1983 by Swiss racer Walter Brun and soon established itself as a front-runner with both the 956 and 962. In 1986, victories in the World Endurance Championship rounds at Jerez and Spa-Francorchamps helped Brun Motorsport to secure the Teams’ title ahead of the works Jaguar and Porsche squads.

Such was the inherent quality of the 962 that it remained competitive well into the 1990s, and chassis number 962-177 was supplied to Brun Motorsport as a bare tub in 1991. The Swiss team then built it up into a complete car in time for it to compete in the 24 Hours of Le Mans on 22-23 June.

Driven by Walter Brun himself, along with team stalwarts Jésus Pareja and Oscar Larrauri, chassis 962-177 set the sixth-fastest time during practice for the French endurance classic. With that year’s regulations having reserved the top-10 grid positions for the latest 3.5-litre, normally aspirated generation of cars, the car was forced to start the race from 14th, but it made it to the finish in 10th place overall.

By the time it raced again, in the Nürburgring 430km on 18 August, it had been resprayed from its original Repsol colours into the livery of logistics company FAT International. Pareja and Brun took it to 7th place in Germany, then finished an unclassified 12th at Magny-Cours on 15 September.

The final outing for chassis 962-177 came on 6 October at the Mexico 430km, where the car was once again finished in Repsol colours; Pareja and Massimo Sigala finished 8th. Three years later, in 1994, it was fully restored by another great name among Porsche privateers—Joest Racing—and returned to its evocative FAT International livery. The extensive work is fully documented and included a complete rebuild of its Typ 935/86, twin-turbocharged, 3.2-litre flat-six engine and gearbox.

With all four of its period competition outings being at World Championship level in the hands of Brun Motorsport, chassis 962-177 boasts an impeccable race record. It also holds a special place in marque history as being the very last Porsche-built 962 monocoque—the end of an illustrious and incredibly successful line.

A mechanical recommissioning will be performed by LARBRE Competition, at seller’s charge, following the sale. Details are available on file.

Rares sont les voitures capables de définir leur époque aussi bien que les légendaires sport-prototypes Porsche 956 et 962. Principales animatrices des courses d'endurance tout au long des années 80, elles ont remporté six victoires d'affilée aux 24 Heures du Mans et décroché le titre au Championnat du Monde d'Endurance en 1982 et 1986.

Dévoilée en 1982, la 956 a rencontré un succès immédiat en compétition en Groupe C, mais elle n'était pas homologuée pour les séries IMSA en Amérique du Nord car elle ne répondait pas au règlement sur la sécurité. Porsche a par conséquent mis au point la 962, qui était en fait une 956 sur un empattement rallongé permettant de placer le pilote derrière l'essieu avant.

La 962 a couru pour la première fois en février 1984, aux 24 Heures de Daytona, entre les mains du héros italo-américain Mario Andretti et de son fils Michael. A partir de 1985, elle a remporté le titre IMSA GTP trois saisons d'affilée et, à la suite d'un programme de développement aérodynamique, elle a été adaptée au Groupe C sous la forme de la 962 C.

Alors que l'équipe Porsche d'usine remportait de nombreuses victoires avec ses propres voitures, elle était appuyée par plusieurs écuries privées extrêmement professionnelles. Une des plus en vue était Brun Motorsport, créée en 1983 par le pilote suisse Walter Brun et qui s'est rapidement imposée comme une des meilleures équipes en lice, tant avec la 956 que la 962. Lors du Championnat du Monde d'Endurance 1986, les victoires à Jerez et Spa-Francorchamps de Brun Motorsport lui ont permis de remporter le titre par équipe, devant les écuries d'usine Jaguar et Porsche.

La qualité de la 962 était telle qu'elle est restée compétitive jusqu'aux années 90, et le châssis n°962-177 a été livré en 1991 à Brun Motorsport sous forme d'une structure nue. L'équipe suisse en a fait une voiture complète, terminée en temps et en heure pour participer aux 24 Heures du Mans, les 22 et 23 juin 1991.

Pilotée par Walter Brun lui-même, en équipe avec Jésus Pareja et Oscar Larrauri, la Porsche 962-177 a signé le sixième temps lors des essais pour la classique d'endurance française. Comme le règlement de cette année-là réservait les 10 premières places sur la grille à la dernière génération de voitures 3,5 litres atmosphériques, la 962 de Brun Motorsport a pris le départ de la quatorzième place mais a réussi à passer la ligne d'arrivée en dixième position.

Quand elle est réapparue le 18 août à l'occasion des 430 Km du Nürburgring, sa première livrée Repsol avait laissé place aux couleurs de l'entreprise de logistique FAT International. Pareja et Brun ont terminé septièmes au classement général, puis douzièmes le 15 septembre à Magny-Cours.

La dernière sortie en compétition de la Porsche 962-177 a eu lieu le 6 octobre aux 430 Km de Mexico, où elle présentait de nouveau les couleurs Repsol. Elle est arrivée huitième entre les mains de Pareja et Massimo Sigala. Trois ans plus tard, en 1994, elle a été complètement restaurée par un autre grand nom des équipes privées Porsche — Joest Racing — et a retrouvé sa belle livrée FAT International. Les travaux, qui ont inclus une reconstruction complète du moteur 6-cylindres à plat 3,2 litres à deux turbos Type 935/86, sont entièrement documentés.

Ayant participé à quatre épreuves du Championnat du Monde d'Endurance entre les mains de Brun Motorsport, cette Porsche n°962-177 est riche d'un impeccable palmarès en course. Elle occupe aussi une place particulière de l'histoire de la marque en étant le tout dernier châssis 962 produit — la fin d'une illustre lignée, couronnée d'incroyables succès.

Une révision mécanique sera effectuée par Larbre Compétition à la suite de la vente, à la charge du vendeur. Les détails sont consultables dans le dossier.