Lot Number
185
language

2011 Ferrari SP30

Estimate Available Upon Request

RM | Sotheby's - PARIS 6 FEBRUARY 2019


Chassis No.
ZFF70RDT7B0188026
  • A true one-off built by Ferrari’s Special Projects department
  • Single ownership and less than 110 km from new, virtually as-new throughout
  • Based on the Ferrari 599 GTO
  • The very first Special Projects car to be offered publicly for purchase
  • A true one-off built by Ferrari’s Special Projects department
  • Single ownership and less than 110 km from new, virtually as-new throughout
  • Based on the Ferrari 599 GTO
  • The very first Special Projects car to be offered publicly for purchase
NO INTERNET BIDDING AND ADVANCE REGISTRATION REQUIRED
TEMPORARY IMPORT

COACHBUILDING IN THE MODERN ERA

In the late the 20th century, the art of coachbuilding had truly been lost. Gone were the days of purchasing a chassis and drivetrain from a noted manufacturer and commissioning your designer of choice to build a body to your own specifications and requirements. With mass-production luxury automobiles becoming the norm and homologation requirements becoming costlier and more difficult, true coachbuilt cars were reserved for the ultra-wealthy or heads of state, with the Sultan of Brunei being the archetypical example.

Nevertheless, well-heeled enthusiasts were still intrigued by commissioning their own coachbuilt cars. Upon the advent of the 21st century, coachbuilding began to make a return in limited numbers with cars like the Zagato-bodied Ferrari 575 GTZ and Aston Martin DB7 Zagato and DB AR1, yet these were produced in limited quantities. Looking to build something truly unique in the traditional style of coachbuilding, Pininfarina approached American Ferrari collectors Jim Glickenhaus and Peter Kalikow in the early 2000s to see if they would be interested in commissioning such a car. Both responded enthusiastically and in short order had their own Ferraris with unique Pininfarina coachwork.

Glickenhaus’ car, dubbed the P 4/5, was based on the Enzo and designed as a forward-thinking homage to the Ferrari 330 P4 and was truly modern in conception and execution. Kalikow’s car, the 612 Kappa, largely resembled the 612 Scaglietti it was based on. Kalikow directed Pininfarina to make subtle changes to each of the car’s body panels to enhance its visual elegance, so subtle that they would only be noticeable to 10% of Ferrari experts at first glance, recalling coachbuilt 250 GTs of the 1950s.

Both cars generated much positive press upon their debut and quickly got the attention of Ferrari themselves. Sensing an opportunity, Ferrari’s own one-off program was unveiled in 2008. Customers would first select a current production chassis and drivetrain to work with. The new car had to retain that chassis’ particular hard points as well as other homologated details, such as headlights, taillights and steering wheels with air bags, to remain road-legal in most jurisdictions. But in terms of design, customers are given a blank sheet and creative power of Ferrari’s own designers to work within those limits and turn their dreams into reality.

Dubbed the Special Projects division, roughly 40 cars have been produced for Ferrari’s very best clients. Approximately a third of these are known to the public, with some being formally announced upon their delivery and some masked in supreme secrecy from start to finish.

THE SP30

This car, dubbed the SP30, received a bit of early attention in the automotive press, but has largely remained out of the spotlight since. During the initial design phases, the SP30 was announced as a project underway for a client based in the United Arab Emirates and preliminary design drawings were shown, showcasing the potential final product based on early conversations with the owner prior to production. After that, the project remained out of the public eye until only very recently.

Based on a 599 GTO chassis and drivetrain, the bodywork is completely unique to this car, defined by the 599 XX style rear winglets and speedster humps at the rear. Utilizing 458 Italia headlights and 599 tail lights, the car’s silhouette is clearly reminiscent of other front-engined, twelve-cylinder Ferraris. Boasting unique wheels, the scalloped bonnet most certainly inspired designers of the F12tdf.

The interior switchgear and components are sourced from two different Ferraris. With gauges, steering wheel and seats sourced directly from the 599 GTO, the car’s switchgear and infotainment system appears to be from the 612 OTO, characterized by the large satellite navigation system in the center console. Trimmed in two-tone grey Alcantara, standard carbon fiber is seen on the dashboard, transmission tunnel, steering wheel and paddle shifters, but red carbon is utilized on the parking brake handle and passenger side grab-handle, and red paint on the rims of the air vents matches the red tachometer and seatbelts. Like the 599 GTO, the SP30’s interior is devoid of carpets, hinting at its sporty atmosphere. Behind the seats is a rear parcel shelf suitable for two small weekend bags.

Presented in virtually as-new condition, the SP30 has barely, if ever, seen the open road, showing less than 110 km from new on its odometer. Even the original plastic protective covering is still affixed to the infotainment screen. Very much the crown jewel of its collection, the SP30 represents the ultimate manifestation of the wildest automotive desires of its first owner, and plainly was treated with respect as a piece of automotive artistry and history.

The opportunity to acquire a Ferrari Special Projects car is simply unprecedented and this marks the very first example to be offered for sale to the public. Visually linked to a number of Ferraris to come before and obviously inspirational to some that followed, it is a unique piece of the marque’s history, akin to the much celebrated one-offs of the Enzo-era. It goes without saying that this is an unprecedented opportunity to acquire something truly unique.

Modèle vraiment unique, réalisé par le département Ferrari "Special Projects"

Un seul propriétaire et moins de 110 km d'origine, comme neuve à tous points de vue

Basée sur la Ferrari 599 GTO

La toute première voiture "Special Projects" proposée publiquement à la vente

L'ART DE LA CARROSSERIE DANS L'ERE MODERNE

A la fin du XXe siècle, l'art de la carrosserie n'était plus du tout au goût du jour. Il y avait longtemps que l'on n'achetait plus un châssis et sa mécanique chez un constructeur de renom pour le faire carrosser selon ses propres goûts et exigences dans un atelier de son choix. Avec le développement de la fabrication en grande série des automobiles de luxe, ainsi que l'augmentation du coût et des difficultés dues aux contraintes d'homologation, les vraies voitures de carrossier sont devenues de plus en plus rares, réservées aux acheteurs extrêmement riches ou aux chefs d'État, le sultan de Brunei en étant l'exemple le plus représentatif.

Pourtant, les passionnés aisés n'ont pas renoncé à essayer d'obtenir leur propre voiture carrossée spécialement. Ainsi, au début du XXIe siècle, les carrosseries spéciales, en série limitée, ont commencé à réapparaître avec des voitures comme la Ferrari 275 GTZ réalisée par Zagato ou les Aston Martin DB7 Zagato et DB AR1, mais ces dernières étaient produites en petite série. Ayant le souhait de réaliser quelque chose de vraiment unique et répondant à l'art traditionnel de la carrosserie, Pininfarina a approché au début des années 2000 les collectionneurs américains Jim Glickenhaus et Peter Kalikow pour savoir s'ils seraient intéressés de commander une telle voiture. Ils ont tout deux répondu avec enthousiasme et, peu de temps après, ils disposaient de leur propre Ferrari à carrosserie Pininfarina spéciale.

La voiture de Glickenhaus, dénommée P4/5, était basée sur la Ferrari Enzo. Elle s'affichait comme un hommage avant-gardiste à la Ferrari 330 P4 et elle était vraiment moderne de conception et de fabrication. La voiture de Kalikow, la 612 Kappa, ressemblait beaucoup à la 612 Scaglietti dont elle était issue. Kalikow avait demandé à Pininfarina d'effectuer des changements subtils sur les panneaux de la voiture pour en améliorer l'élégance, tellement subtils que seulement 10% des spécialistes Ferrari étaient capables de les identifier au premier regard, ce qui rappelait les 250 GT spéciales des années 1950.

Les deux voitures ont reçu lors de leur présentation un accueil très positif de la presse, et n'ont pas tardé à attirer l'attention du constructeur lui-même. Comprenant l'opportunité qui se présentait, Ferrari lançait en 2018 son propre programme de modèles uniques. Les clients commençaient par choisir un modèle de la gamme qui constituait la base du projet. La nouvelle voiture devait conserver les éléments vitaux du châssis ainsi que certains équipements liés à la sécurité et aux contraintes d'homologation, comme les phares, les feux arrière ou le volant avec airbag, de façon à ce qu'elle soit acceptée dans la plupart des juridictions. Mais en terme de design, les clients disposaient d'une feuille blanche et de la puissance créatrice des ingénieurs de Ferrari, pour travailler en respectant ces limites et transformer leurs rêves en réalité.

De ce département "Special Projects" sont sorties une quarantaine de voitures, produites pour les meilleurs clients Ferrari. Environ un tiers de ces réalisations sont connues du public : certaines d'entre elles ont fait l'objet d'une présentation officielle lors de leur livraison, mais d'autres sont restées protégées par un secret bien gardé, du début à la fin du projet.

LA SP30

La présente voiture, dénommée SP30, a fait initialement l'objet de quelques informations publiées dans la presse automobile, mais elle est ensuite restée hors de la lumière des projecteurs. Lors des premières phases de création, la SP30 a été présentée comme un projet lancé pour un client basé dans les Émirats Arabes Unis, et quelques dessins préliminaires ont été dévoilés ; ils esquissaient ce que pouvait être la voiture finale, à partir des premières discussions avec le propriétaire. Par la suite, le projet est resté loin des yeux du public, jusqu'à très récemment.

Basée sur un ensemble châssis et moteur de 599 GTO, la carrosserie est entièrement spécifique à cette voiture et elle se caractérise par les petits ailerons et les bossages de speedster à l'arrière, dans le style de la 599 XX. En reprenant des phares de 458 Italia et des feux arrière de 599, la forme de la voiture rappelle celle d'autres Ferrari à moteur V12 à l'avant. La SP30 est équipée de jantes uniques et le dessin du capot, avec ses prises d'air, a très certainement inspiré les stylistes de la F12 tdf.

A l'intérieur, les commandes et interrupteurs proviennent de deux Ferrari différentes. Les instruments, le volant et les sièges viennent directement de la 599 GTO, mais les interrupteurs et le système d'infodivertissement sont ceux de la 612 OTO, caractérisés par le grand système de navigation par satellite qui occupe la console centrale. La sellerie est en Alcantara deux tons et des garnitures en fibre de carbone classique habillent le tableau de bord, le tunnel de transmission et les palettes de la transmission, mais c'est du carbone rouge qui est utilisé pour le levier de frein à main et la poignée de maintien du passager. La teinte rouge des grilles de ventilation s'accorde au compte-tours et aux ceintures de sécurité rouges. Comme celui de la 599 GTO, l'intérieur de la SP30 est dépourvu de tapis, ce qui entretient une atmosphère sportive. Derrière les sièges se trouve une tablette qui peut accueillir deux petits sacs de voyage.

Dans un état pratiquement neuf, la SP30 n'a quasiment jamais roulé sur route ouverte et n'affiche que 110 km d'origine au compteur. Même le plastique de protection d'origine est encore présent sur l'écran du système d'infodivertissement. De loin le joyau de sa collection, la SP30 représente la manifestation ultime des désirs automobiles les plus extrêmes de son premier propriétaire, et elle a été traitée en tant que telle comme une pièce d'histoire et d'art automobile.

L'opportunité d'acquérir une Ferrari du département "Special Projects" est tout simplement sans précédent, puisqu’il s'agit du tout premier exemplaire qui soit proposée publiquement à la vente. Liée par sa forme à de nombreuses Ferrari qui l’ont précédée, et source d'inspiration évidente pour certaines de celles qui ont suivi, cette voiture est une pièce unique dans l'histoire de la marque, semblable aux modèles spéciaux de la période Enzo. Il va sans dire qu'il s'agit d'une opportunité sans précédent d'acheter quelque chose de vraiment unique.



Suggested lots

29 August - 1 September 2019

Auburn Fall

Auburn Auction Park, Auburn, Indiana

RM | AUCTIONS

20 - 21 September 2019

The Sáragga Collection

Monteira, Portugal

RM | SOTHEBY'S