Lot Number
135
language

1963 Ferrari 250 GT/L 'Lusso' Berlinetta by Scaglietti

Sold For €1,624,000

Inclusive of applicable buyer's fee.

RM | Sotheby's - PARIS 4 FEBRUARY 2015


Chassis No.
Engine No.
5085 GT
5085
  • Offered from a prominent private collection
  • Matching numbers
  • Recently enjoyed on a European tour
  • Never before offered at auction; offered from long-term ownership
  • Offered from a prominent private collection
  • Matching numbers
  • Recently enjoyed on a European tour
  • Never before offered at auction; offered from long-term ownership

240 bhp, 2,953 cc SOHC V-12 Tipo 168u engine with triple Weber carburettors, four-speed manual gearbox, independent front suspension with unequal length A-arms and coil springs, live rear axle with semi-elliptic leaf springs, parallel trailing arms, and a Watt Bar, and four-wheel hydraulic disc brakes. Wheelbase: 2,400 mm.

240 bhp, 2,953 cc SOHC V-12 Tipo 168u engine with triple Weber carburettors, four-speed manual gearbox, independent front suspension with unequal length A-arms and coil springs, live rear axle with semi-elliptic leaf springs, parallel trailing arms, and a Watt Bar, and four-wheel hydraulic disc brakes. Wheelbase: 2,400 mm.

Ferrari’s breath-taking 250 GT/L, more commonly known as the Lusso, is widely celebrated to be one of the most exquisitely proportioned Ferraris ever designed by Pininfarina. Ferrari wanted their newest offering to enter the market in between the sporting 250 GT SWB and its more luxurious sibling, the 250 GTE 2+2, believing that this new car should combine the best aspects of both cars at either end of the 250-series spectrum. When new, hundreds of enthusiasts wanted one to call their own. Celebrity petrol heads like Steve McQueen and Eric Clapton owned Lussos, only adding to its allure. However, Ferraris like this were not meant to be handed out to everyone who wanted one. Demand outweighed supply, resulting in even more Lusso-mania. With 350 produced by the end of the second and final year of production in 1964, this was a car clearly destined to become a future classic.

The Lusso was first seen by the public at the Paris Motor Show in October 1962, and many enthusiasts simply fell head over heels for the beautiful body and Kamm tail that adorned the newest 250. Fortunately, all this beauty did not sacrifice aerodynamics, as these flowing lines helped to direct airflow towards the car’s rear spoiler. As per usual for the 250 series, the design was penned by Pininfarina and the bodies were constructed by Scaglietti; these bodies were made out of steel and the doors, bonnet, and boot lids were made out of aluminium.

Of course, “Lusso” translated into English means luxury, and from one look into the cabin, there is no doubt that luxury is the perfect word to describe the ambiance. Passengers were lavished with the finest materials in terms of leather, chrome trim, and Ferrari’s now trademark Nardi wood-rimmed steering wheel. Perhaps the most exquisite part of the interior was the rear luggage shelf, which was quilted in fine Italian leather. It would not be surprising to learn that most owners tried to squeeze their luggage into the boot in order to catch a glimpse of that leatherwork whilst looking in their rear-view mirror.

The beauty of the Lusso did not just extend to its body and interior. Under the aluminium bonnet was Ferrari’s 3.0-litre, Colombo-designed V-12, which was topped with three Weber carburettors. Accelerating from 0 to 60 mph took eight seconds, and the car could continue to accelerate until it reached a speed of 150 mph. A number of its components were shared with other Ferraris offered at the time. It borrowed its short wheelbase and rudimentary chassis design from the 250 SWB and 250 GTO and was also graced with the fantastic handling that was associated with those two models. As the final automobile in the 250 line, the Lusso would become the last Ferrari to utilise the 3.0-litre Colombo V-12, effectively closing the door on one of the most spectacular engines in automotive history.

Whilst only a handful of owners brought their Lussos to the track, it excelled as a gran turismo in the finest sense of the word. Cruising along at high speed was no problem, and the car was intended to not only cross states and provinces but whole countries and continents as well. Utilising thin A and B pillars, the interior had fantastic outward visibility, making it a much more relaxing place to be on long trips. The Lusso is not only a car that begs to be admired at all angles, but it is also a car that begs to be driven and thoroughly enjoyed. On driving the example once owned by Steve McQueen, McQueen’s son, Chad, remarked in a March 2006 article in Motor Trend that “it makes a fantastic noise, and once you get some speed, the steering lightens up. It’s warm inside, and it sure smells good”. All these aspects, topped with the smell of fine Italian leather, make for the most pleasurable of driving experiences.

CHASSIS NUMBER 5085 GT

The majority of surviving Lussos have been restored to the nines, leaving well-preserved, largely original survivors an unusual sight and something to be treasured. It is rarer still when a car becomes available that has remained largely unknown to the Ferrari community, thanks to conscientious long-term maintenance by private owners.

According to information obtained from the Ferrari factory, chassis number 5085 GT was originally delivered in Grigio Argento with Nero leather upholstery. It was originally registered in Italy to Editoriale Il Borgo S.p.A., a publisher of children’s books in Bologna. Later, it was exported to the United States, where a doctor is said to have been the second owner. He fitted a Dictaphone, which is still present inside the car, so that he would be able to take notes while on the road!

More recently, the Lusso was acquired from the doctor by its present owner, a respected Ferrari collector. He has enjoyed driving the car and employed services by Chris Holley. In July 2014, it was driven in Le 250 Tornano A Casa Tour in France and Italy, from Le Mans to Monaco to Maranello without issue, which is a testament to its drivability.

The car is noted to have been well-maintained as a driver since its last cosmetic restoration in the 1980s, at which point it was refinished in classic Rosso Corsa. Today, the paint can be described as older but is still presentable for use on the road, with straight body contours and a presentable shine. The interior is the original Nero leather, which shows wonderful authenticity. Most importantly, the car is still powered by its original engine with the correct internal number 1684/62, which matches the build sheet.

This matching-numbers example is an ideal basis for cosmetic freshening and further enjoyment or the best possible beginning to a concours-level restoration. Either way, this Lusso marks an exciting opportunity for a new owner to leave his stamp on a car which remains virtually “unknown” to the collecting world.

Moteur Tipo 168u V-12, 2 953 cm3, 240 ch, un ACT par banc, trois carburateurs Weber, boîte manuelle à quatre rapports, suspension avant indépendante par triangles inégaux et ressorts hélicoïdaux, essieu arrière rigide avec ressorts semi-elliptiques, bras tirés parallèles et barre de Watt, freins hydrauliques à tambours sur les quatre roues. Empattement: 2 400 mm

• Provient d'une collection importante

• Numéros concordants (matching numbers)

• A récemment participé à un rallye touristique sur les routes d'Europe

• Jamais présentée aux enchères, même propriétaire pendant longtemps

L'extraordinaire Ferrari 250 GT/L, plus connue sous le nom de Lusso, est unanimement reconnue comme une des Ferrari les mieux proportionnées parmi toutes celles qui ont été dessinées par Pininfarina. Ferrari souhaitait que son nouveau modèle s'insère entre la 250 GT châssis court et sa sœur plus luxueuse, la 250 GTE 2+2, en combinant les meilleurs aspects de ces deux extrêmes de la gamme 250. A l'époque, tout le monde rêvait de ce modèle. De célèbres passionnés d'automobile comme Steve McQueen et Eric Clapton possédaient une Lusso, ce qui participait à son aura. Mais avec une telle Ferrari, il ne suffisait pas de la vouloir pour l'avoir. La demande avait dépassé l'offre, ce qui avait encore augmenté la Lussomania. Avec un total de 350 exemplaires produits en 1963 et 1964, cette voiture était clairement destinée à devenir une future classique.

Dévoilée pour la première fois au Salon de Paris d'octobre 1962, la dernière des 250 séduisait un large public grâce à sa carrosserie magnifique et son arrière Kamm. Heureusement, sa beauté ne sacrifiait pas l'aérodynamique, son dessin fluide favorisant l'écoulement des filets d'air jusqu'au déflecteur arrière. Comme pour les autres 250, la carrosserie était dessinée par Pininfarina et fabriquée par Scaglietti. Elle était produite en tôle d'acier alors que les portes, le capot et le coffre étaient en aluminium.

Le mot Lusso se traduit, en français, par Luxe et il suffit de se glisser dans l'habitacle pour comprendre que ce mot qualifie parfaitement l'ambiance qui règne à l'intérieur. Les occupants sont gratifiés des matériaux les plus raffinés avec du cuir, des garnitures chromées et le volant Nardi à jante bois typique de Ferrari. Parmi les détails les plus soignés, le compartiment arrière, réservé aux bagages, est réalisé dans un cuir italien de grande qualité. On ne serait pas étonné que les utilisateurs aient cherché à caser tous leurs bagages dans le coffre, pour pouvoir profiter d'une vue dégagée sur cette sellerie superbe, en regardant dans le rétroviseur.

La beauté de la Lusso ne se bornait pas à sa carrosserie et son habitacle. Sous le capot en aluminium se trouvait le moteur V-12 3 litres conçu par Colombo, alimenté par trois carburateurs Weber. Passant de 0 à 100 km/h en 8 secondes, la voiture était capable d'atteindre une vitesse de pointe de 240 km/h. Sur le plan mécanique, elle reprenait de nombreux éléments d'autres Ferrari commercialisées à la même époque. Empruntant son châssis rudimentaire à empattement court aux 250 châssis court et GTO, elle présentait la tenue de route fantastique associée à ces deux modèles. S'agissant du dernier modèle de la gamme 250, la Lusso est aussi la dernière Ferrari bénéficiant du V12 Colombo 3 litres, refermant la porte sur un des moteurs les plus spectaculaires de l'histoire de l'automobile.

Même si certains acheteurs ont utilisé leur Lusso sur circuit, cette voiture excellait surtout dans un usage Grand Tourisme au sens le plus noble. Voyager à vitesse élevée ne posait aucun problème et cette voiture était capable non seulement de traverser régions et provinces, mais aussi de se jouer des pays et des continents. Doté de fins montants, le pavillon offrait une visibilité fantastique et faisait de la Lusso une voiture relaxante sur de longs déplacements. La Lusso n'est pas seulement une voiture à admirer sous tous les angles, mais elle est aussi faite pour être conduite et utilisée, pour le plus grand plaisir de celui qui est au volant. En montant à bord de la Lusso ayant appartenu à Steve McQueen, son fils Chad soulignait, dans un article de mars 2006 du magazine Motor, « Elle fait un bruit fantastique et, une fois que vous atteignez une certaine vitesse, la direction s'allège. Il fait chaud à l'intérieur, dans une odeur agréable ». Tous ces aspects, complétés par les effluves d'un cuir italien raffiné, permettent de connaître un plaisir de conduite sans égal.

CHÂSSIS N° 5085 GT

La plupart des Lusso ont été restaurées tant et plus, si bien que les survivantes en état d'origine bien préservées sont devenues rares. Il est encore plus rare que soit proposé sur le marché un exemplaire peu connu de la communauté Ferrari, grâce à l'entretien consciencieux d'un propriétaire privé.

Selon les informations fournies par l'usine Ferrari, cette voiture portant le numéro de châssis 5058 GT a été livrée de teinte Grigio Argento avec sellerie en cuir Nero. Elle a été immatriculée en Italie, au nom de Editoriale Il Borgo S.p.A, maison d'édition de livres pour enfants, à Bologne. Elle a été ensuite exportée aux États-Unis, où un médecin est supposé avoir été le deuxième propriétaire. Il l'a équipée d'un Dictaphone qui est toujours présent dans la voiture, de façon à pouvoir dicter ses notes tout en conduisant.

Plus récemment, cette Lusso a été achetée au médecin par l'actuel propriétaire, un collectionneur Ferrari connu. Il a eu beaucoup de plaisir à conduire cette voiture dont il a confié l'entretien à Chris Holley. Au mois de juillet 2014, il a participé au 250 Tornano A Casa Rallye Le, depuis Le Mans jusqu'à Maranello, sans aucun problème, ce qui témoigne de la facilité d'utilisation de cette voiture.

Cette Lusso se présente aujourd'hui dans un état bien entretenu depuis sa dernière restauration cosmétique des années 1980, époque à laquelle elle a été repeinte dans un Rosso Corsa classique. Aujourd'hui, la peinture a vieilli mais elle est toujours présentable pour un usage régulier, avec des tôles saines et un aspect correct. L'intérieur est en cuir noir d'origine, d'une superbe authenticité. Plus important encore, la voiture est propulsée par son moteur d'origine, portant son numéro interno 1684/62, conforme à sa fiche de montage.

Cet exemplaire à numéros concordants constitue une base idéale pour un rafraîchissement cosmétique et un usage régulier, ou pour réaliser une restauration de niveau concours. Elle représente une opportunité rare pour un amateur de laisser sa marque sur une voiture qui est pratiquement « inconnue » de la communauté des collectionneurs.



Suggested lots

24 October 2019

London

Olympia London, Kensington, London, United Kingdom

RM | SOTHEBY'S

30 November 2019

Abu Dhabi

Yas Marina Circuit, Yas Island, Abu Dhabi, United Arab Emirates

RM | SOTHEBY'S