language

The Guikas Collection | Lot 173

2005 Ferrari 575 GTC

{{lr.item.text}}

{{x.text}}

€2,648,750 EUR | Sold

France | Le Castellet, France

19 November 2021


Chassis No.
F133MGT 2224
  • Considered to be the very last V-12 race car built by the Ferrari factory
  • The final of 12 examples of the Ferrari 575 GTC made between 2003 to 2005
  • Campaigned by Rock Media Motors in the 2005 Italian GT Championship
  • Also entered the Brno Supercar 500, part of the 2005 FIA GT Championship, finishing 10th
  • Offered in its period racing livery and accompanied by a spare engine
§
Please note that this lot is sold on a Bill of Sale.

Bosses at Maranello were savvy to the demand from racing drivers for their front-engine V-12 platform, as the predecessor to the 575M Maranello, the 550 Maranello, had been honed as a race-tuned machine by private teams. This earlier model proved just how clinical Ferrari’s cars could be on the racetrack. With a remit to make an “off the shelf” competitive car that Ferrari could sell direct to customers, the company briefed its Corse Clienti department to oversee development of a race version of the 575M Maranello.

The resulting 575 GTC was revealed at the 2003 Frankfurt Motor Show in Germany after close collaboration with N Technology, and 12 were made by the factory. Significantly, these would prove to be the end of Ferrari’s long and illustrious line of V-12-powered, front-engine racing cars.

While the roadgoing 575M Maranello shared many traits with its predecessor, the competition car gained a host of new features. Additional cooling vents were installed to regulate the temperature of the larger 6.0-litre V-12 engine that delivered power to a six-speed Xtrac sequential manual gearbox; an internal roll cage was fitted; and it gained carbon fibre body panels as well as aerodynamics-enhancing bodywork such as a large rear wing, front splitter, and rear diffuser. Inside the car, bucket seats were made from carbon fibre, and glass side-windows were removed in favour of split Lexan material. For all the efforts to save kilos, the 575 GTC had a dry weight of 1,148 kilograms—only just meeting the FIA’s requirements for a minimum permitted weight—and performance was rated at 600 horsepower, with a claimed top speed of 208 mph.

This example, chassis number 2224, is the last of the 12 examples of the 575 GTC constructed. In turn, it is considered to be the very last front-engine V-12 racing car ever made at the Ferrari factory. The Ferrari was built for Rock Media Motors, a private team based in Italy, for participation in the 2005 Italian GT Championship with Antonin Herbeck and Andrea Montermini taking turns behind the wheel.

That season’s Italian GT Championship began as a non-starter, with the first race of the season in Imola cancelled as it fell on the day of the death of Pope John Paul II. A few weeks later, with the car wearing the race number 12—as it would for the rest of the season—the Ferrari finished 11th in the first race in Misano, then failed to finish in the second race of that weekend. At the next race in Vallelunga, the car did not finish the first race, nor would it start the second. At Monza, the Ferrari finished 6th in race one, then 9th in race two. Two weeks later, the 575 GTC finished 10th overall and 9th in class at the Brno Supercar 500, part of the 2005 FIA GT Championship (wearing, for this event, race number 24).

For the rest of the Italian GT Championship season, the car finished 17th and 7th over two races in an isolated overseas race in Budapest, Hungary; did not finish and came 13th at Magione; then did not finish either race in Mugello. The car was entered once in the 2006 season, failing to finish either race at Imola.

The car was subsequently acquired by Mr. Guikas from its original owners, and it has remained in his care since. It is now presented in its original, dramatic racing livery and accompanied by a spare V-12 racing engine. Offered with an extensive file of race records and technical information, this 2005 Ferrari 575 GTC is a compelling high-performance offering in its own right—and one that also represents the very final chapter in the marque’s glorious history of front-engine, V-12-powered racing machines.

---

Considérée comme la toute dernière voiture de course Ferrari V12 construite par l’usine

Le dernière des 12 exemplaires de Ferrari 575 GTC produites de 2003 à 2005

Engagée par Rock Media Motors dans le Championnat d’Italie GT 2005

Engagée dans le Brno Supercar 500 du Championnat FIA GT 2005 (classée 10e)

Présentée sous sa livrée course d’époque et accompagnée d’un moteur de rechange

Les patrons de Maranello étaient bien conscients de la demande émanant de pilotes automobiles en faveur de leur châssis V12 à moteur avant car la devancière de la 575M Maranello, la 550 Maranello, avait été très appréciée en tant que machine préparée pour la course par les écuries privées. Ce modèle de début avait montré combien les voitures de Ferrari pouvaient être froidement efficaces sur la piste. Avec un délai pour produire une voiture compétitive disponible sur catalogue que Ferrari pourrait vendre à ses clients, la firme donna ordre à son département Corse Clienti de superviser le développement d’une version compétition de la 575M Maranello.

La 575 GTS qui en résulta fut dévoilée au Salon de Francfort 2003 en Allemagne après une période d’étroite collaboration avec N Technology. L’usine en produisit 12 exemplaires. On notera que cette opération marqua la fin de l’illustre et longue lignée des types de course à moteur V12 avant de Ferrari.

Si la 575M Maranello de route partageait de nombreuses caractéristiques avec sa devancière, la version compétition bénéficiait de nombreux éléments nouveaux. Des prises d’air de refroidissement supplémentaires furent créées pour réguler la température du gros V12 de 6 litres qui passait son couple à une boîte de vitesses séquentielle manuelle à six rapports. Un arceau cage fut installé et la voiture reçut des panneaux de carrosserie en fibre de carbone ainsi que des appendices aérodynamiques tels qu’un aileron arrière agrandi, un splitter frontal et un diffuseur arrière. À l’intérieur, les sièges baquet

étaient en fibre de carbone et les vitrages latéraux en verre firent place à des éléments en Lexan. Résultat de ces efforts d’allègement : la 575 GTC accusa une masse de 1 148 kg qui répondait au règlement de la FIA imposant un poids minimal. La puissance s’établissait à 600 ch et la vitesse maximale revendiquée était de 334 km/h.

Cet exemplaire, châssis n° 2224, le dernier des 12 unités de 575 GTC construites, est considéré comme la dernière Ferrari V12 de course à moteur avant assemblée par l’usine. Cette voiture a été construite pour Rock Media Motors, une équipe privée basée en Italie, en vue de sa participation au Championnat d’Italie GT 2005 avec Antonin Herbeck et Andrea Montermini au volant.

Le championnat GT italien commença cette saison-là par une annulation car la première course prévue à Imola fut supprimée en raison du décès le jour même du pape Jean-Paul II. Quelques semaines plus tard, la voiture portant le numéro 12 qu’elle gardera pendant toute la saison, finit 11e de la première course à Misano avant d’abandonner dans la deuxième manche ce même week-end. Lors de l’épreuve suivante à Vallelunga, la voiture ne finit pas la première course et ne prit pas le départ de la seconde. À Monza, la Ferrari finit 6e de la première manche et 9e de la seconde. Deux semaines après, la 575 GTC finit 10e au général et 9e de sa catégorie dans le Brno Supercar 500 du Championnat FIA GT 2005 (cette fois sous le numéro 24).

Pour la suite de la saison du Championnat d’Italie GT, la voiture finit 17e et 7e dans les deux courses d’une épreuve disputée à Budapest, en Hongrie. Elle ne termina pas et arriva 13e à Magione et ne termina aucune des deux courses au Mugello. La Ferrari ne courut qu’une fois en 2006, sans être à l’arrivée des deux courses d’Imola.

La voiture fut rachetée ensuite à ses premiers propriétaires par M. Guikas qui la conserva. Elle est maintenant présentée sous sa spectaculaire livrée de course et accompagnée d’un moteur de rechange. Offerte avec le dossier de ses participations en compétition et sa documentation technique, cette Ferrari 575 GTC 2005 est en elle-même une machine hautement performante et exigeante qui représente en outre le tout dernier chapitre d’une glorieuse histoire, celle des machines de course à moteur V12 avant de Ferrari.

Suggested lots