Lot 139

1964 Lamborghini 350 GT by Touring

{{lr.item.text}}

€477,500 EUR | Sold

France | Le Castellet, France

{{internetCurrentBid}}

{{internetTimeLeft}}


Chassis No.
114
Engine No.
116
Body No.
17015
Documents
US Title
  • One of only approximately 50 aluminium bodied examples
  • Invoices on file from 2017 to 2019 indicate $90,000 of mechanical work
  • Offered with former registration, receipts, owner’s manual, spare wheel, replacement pedal rubbers and parts catalogue
language
For cars offered with UK import paperwork only, RM Sotheby’s will do their best to assist the buyer to register the car within Europe post-sale §

Lamborghini’s first production car, the 350 GT, was the brainchild of two of Italy’s most illustrious auto designers. With an engine designed by Giotto Bizzarrini, fresh from Ferrari, and a chassis engineered by Gianpaolo Dallara, the 350 GT needed only Touring’s Superleggera bodywork to be worthy of Feruccio Lamborghini’s vision for his Charging Bull marque.

Ferruccio Lamborghini was convinced that the 350 GTV prototype was too radical as a road car, so he directed Bob Wallace and Dallara to modify the design. The engine was detuned, the dry sump replaced with a wet sump, and side-draft carburettors were fitted for a lower bonnet line. Compression was reduced to 9.4:1, and lower duration cams were fitted. The result delivered an impressive 270 brake horsepower through a five-speed ZF gearbox, featured independent suspension and four-wheel power disc brakes to accomplish suitable high-speed cruising. The coachbuilder Touring of Milan built the bodies with their exclusive Superleggera construction method.

When the production 350 GT debuted at the Geneva Auto Show in March 1964, it was to great acclaim. In all, approximately 120 examples of the 350 GT were built before the model was succeeded by the 400 GT 2+2 in 1966.

This 350 GT was among the special early examples fitted with an all-aluminium body. Sold new to Garage Foitek in Zurich on 15 January 1965, chassis 0114 was finished in Blue Tigullio with Senape interior. In 1974 it was exported to the United States, where it would stay with its next owner for two years. Richard Rechter of Bloomington, Indiana, then acquired the 350 GT, and he would remain its owner for 43 years.

After more than four decades of continual ownership, chassis number 0114 was treated to workshop refresh between 2017 to 2019. The car received a comprehensive mechanical and cosmetic service from Automotive Fantom Works in Norfolk, Virginia, with receipt copies on file totalling nearly $90,000. For driver comfort, the seats were rebuilt, re-covered, and moved back by two-and-a-quarter inches. The engine was removed and resealed, and the cylinder heads rebuilt with new guides, valves, seals, and timing chains, with work carried out on the carburettors and suspension.

As elegant as when it rolled off the production line, this early example has many special features with respect to later examples, such as the lack of round “ashtray” grill at the bottom of the windscreen, special central console and steering wheel. This sharp example remains a highly desirable iteration of Lamborghini’s first production car.

---

Un des 50 exemplaires environ à carrosserie aluminium

Des copies de factures de 2017-2019 totalisent 90 000 $ de travaux mécaniques

Vendue avec d'anciens documents d'immatriculation, factures, manuel d'utilisateur, roue de secours, caoutchoucs de pédalier de rechange, catalogue de pièces détachées

Première Lamborghini de série, la 350 GT a été conçue par deux des ingénieurs automobiles les plus brillants d'Italie. Avec un moteur conçu par Giotto Bizzarrini, qui venait de quitter Ferrari, et un châssis mis au point par Gianpaolo Dallara, la 350 GT n'avait plus besoin que d'une carrosserie Superleggera Touring pour être à la hauteur des ambitions de Ferruccio Lamborghini pour sa marque au taureau.

Convaincu que le prototype 350 GTV était trop radical comme voiture de route, Ferruccio Lamborghini a demandé à Bob Wallace et à Dallara de le modifier. Le moteur a été rendu plus utilisable, le graissage par carter sec étant remplacé par un carter humide, et l'alimentation étant assurée par des carburateurs horizontaux pour abaisser la ligne de capot. La compression a été réduite à 9,4 : 1 et des arbres à cames moins sportifs ont été installés. A l'arrivée, la voiture disposait d'une puissance impressionnante de 270 ch, d'une boîte ZF à 5 rapports, d'une suspension indépendante et de quatre freins à disque pour assurer une conduite sure à vitesse élevée. La carrosserie était fabriquée par le carrossier milanais Touring, selon sa méthode exclusive Superleggera.

Quand la 350 GT a été présentée au Salon de Genève de mars 1964, elle a reçu un excellent accueil. Environ 120 exemplaires de 350 GT ont été fabriqués avant que le modèle ne soit remplacé en 1966 par la 400 GT 2+2.

Cette 350 GT (châssis 0114) fait partie des premiers exemplaires, équipés d'une carrosserie en aluminium. Vendue neuve le 15 janvier 1965 au Garage Foitek de Zurich, elle était peinte en "Blue Tigullio" avec intérieur "Senape". En 1974 elle a été exportée aux États-Unis où elle est restée pendant deux ans chez son propriétaire suivant. Elle a été ensuite achetée par Richard Rechter, de Bloomington (Indiana) qui l'a gardée pendant 43 ans.

Après cette longue période entre les mêmes mains, cette 350 GT a bénéficié de travaux de rafraîchissement entre 2017 et 2019. Elle a fait l'objet d'une révision mécanique et cosmétique complète chez Automotive Fantom Works, à Norfolk (Virginie), pour un total de 90 000 $ comme le montrent les copies de factures portées au dossier. Pour le confort des occupants, les sièges ont été complètement refaits et reculés de 5,7 cm. Le moteur a été déposé et les culasses restaurées avec des guides, soupapes, sièges de soupapes et chaînes de distribution neuves. Des travaux ont été aussi entrepris sur les carburateurs et la suspension.

Aussi élégant que le jour où il est sorti de la ligne de production, cet exemplaire des débuts présente de nombreuses caractéristiques qui le distinguent des versions ultérieures, comme l'absence de grille ronde à la base du pare-brise, une console centrale spéciale et un volant spécial également. Ce sobre exemplaire constitue une version extrêmement désirable de la première Lamborghini de série.